Perquisitions chez Claude Guéant dans l'affaire Kadhafi-Sarkozy

jeudi 28 février 2013 12h56
 

PARIS (Reuters) - Le domicile et le cabinet parisiens de Claude Guéant, perquisitionnés mercredi dans l'enquête sur l'affaire Tapie-Lagarde, l'ont également été dans le dossier Kadhafi-Sarkozy, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Ces perquisitions se sont déroulées dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris sur un document publié par Mediapart, et qui évoquait un financement par la Libye de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, a-t-on précisé, confirmant une information du Monde.

L'ancien chef de l'Etat avait déposé une plainte contre le site internet pour faux et usage de faux.

L'hommes d'affaires Ziad Takieddine avait également dit avoir des preuves du financement par la Libye de cette campagne.

Il évoquait plusieurs rencontres entre Bachir Saleh, secrétaire particulier de Mouammar Kadhafi et Claude Guéant, alors directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, pour discuter des modalités de ce financement présumé, qui porterait sur un montant total supérieur à 50 millions d'euros.

Nicolas Sarkozy et Claude Guéant ont toujours nié ces accusations.

Mercredi, la Brigade financière a également perquisitionné les locaux de Claude Guéant dans le cadre de l'enquête sur l'arbitrage qui a mis fin au litige opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais.

Selon L'Express, les enquêteurs cherchent à savoir si Nicolas Sarkozy est intervenu dans le processus qui a mené à un arbitrage positif pour l'homme d'affaires, poussant la ministre de l'Economie de l'époque, Christine Lagarde, à l'entériner.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

 
Le domicile et le cabinet parisiens de Claude Guéant, perquisitionnés mercredi dans l'enquête sur l'affaire Tapie-Lagarde, l'ont également été dans le dossier Kadhafi-Sarkozy. /Photo d'archives/ REUTERS/Charles Platiau