Une association pour migrants ferme à Calais, en appelle à l'Etat

jeudi 28 février 2013 10h03
 

LILLE (Reuters) - Une association d'aide aux migrants de Calais cesse jeudi son activité pour "mettre la pression" sur l'Etat et les collectivités et les inciter à prendre le relais, a annoncé sa présidente.

Monique Delannoy dirige "La Belle étoile", une association qui depuis une vingtaine d'années vient en aide aux migrants présents dans la région de Calais en leur distribuant notamment des repas, des couvertures et en leur apportant un soutien.

"Nous avons distribué probablement autour de 20 millions de repas depuis le début, là c'est fini", dit Monique Delannoy.

"On réclame de l'aide, nous faisons aujourd'hui un boulot qui ne nous appartient pas, cela ne devrait pas être à nous de faire ces distributions, que fait l'Etat?", ajoute-t-elle.

"On demande de l'aide on obtient des brindilles, ce n'est plus supportable."

En 2008 déjà, l'association avait suspendu quelques semaines les distributions de repas pour demander l'aide des pouvoirs publics.

La "Belle Etoile" ne distribuera plus les 200 à 250 repas qu'elle dispensait chaque jour, mais continuera à "militer activement pour que les pouvoirs publics assument leur responsabilité".

Le centre de la Croix-Rouge de Sangatte a fermé ses portes en novembre 2002. Depuis, des centaines de migrants errent dans Calais et ses alentours pour tenter de passer en Grande-Bretagne la nuit en se faufilant dans les bateaux qui traversent la Manche au départ de Calais.

Pierre Savary, édité par Chine Labbé et Hélène Duvigneau

 
Distribution de nourriture près du port de Calais. "La Belle étoile", une association d'aide aux migrants de Calais cesse jeudi son activité pour "mettre la pression" sur l'Etat et les collectivités et les inciter à prendre le relais, a annoncé sa présidente, Monique Delannoy. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol