L'Italie dans l'impasse, tente d'éviter un nouveau vote

mardi 26 février 2013 19h27
 

par Naomi O'Leary et Catherine Hornby

ROME (Reuters) - L'Italie est mardi dans une impasse politique après des élections marquées par un vote protestataire, même si l'ex-président du Conseil Mario Monti, le dirigeant de centre gauche Pier Luigi Bersani et le chef de file du centre droit Silvio Berlusconi disent vouloir éviter un nouveau vote.

Aucune alliance politique ne semble en mesure de former un gouvernement stable, au terme d'élections législatives marquées par la poussée des plates-formes anti-européennes de Berlusconi et de Beppe Grillo, dont le mouvement contestataire 5 Etoiles (M5S) obtient 25,5% des voix à la Chambre des députés et devient la première formation politique du pays.

L'idée d'une "grande coalition" à l'allemande entre les amis de Bersani et ceux de Berlusconi est avancée comme seul moyen de sortir de l'impasse mais elle fait grincer des dents dans les deux camps, après une campagne sans concessions.

Les marchés financiers et les partenaires européens de l'Italie, soucieux de stabilité, redoutaient un tel scénario pour la troisième économie d'une zone euro confrontée à la crise de la dette, au chômage et à la récession.

Le centre gauche de Pier Luigi Bersani, dont le Parti démocrate (PD) s'est allié à la formation Gauche, Ecologie, Liberté (SEL), l'emporte à la chambre basse, la prime au gagnant lui garantissant automatiquement une majorité de 340 des 630 sièges de députés. L'alliance de centre droit de Silvio Berlusconi est quant à elle créditée de 124 sièges.

Au Sénat, selon les projections du Centre italien d'études électorales, le centre gauche obtient 121 élus, contre 117 pour le centre droit et 54 pour les partisans de Beppe Grillo. Pour s'assurer une majorité à la chambre haute, 158 sièges sont nécessaires.

La situation de blocage tient au fait qu'en Italie les deux chambres du Parlement disposent des mêmes prérogatives. Une coalition doit donc disposer de la majorité dans chacune d'elle pour faire adopter des réformes.

"UN SIGNAL POUR TOUTE L'EUROPE"   Suite...

 
Affiches électorales à Rome. L'Italie se trouve mardi dans une impasse politique: aucune alliance politique ne semble en mesure de former un gouvernement stable au terme d'élections marquées par la poussée du vote protestataire, même si l'ex-président du Conseil Mario Monti, le dirigeant de centre gauche Pier Luigi Bersani et le chef de file du centre droit Silvio Berlusconi disent vouloir éviter un nouveau vote. /Photo prise le 26 février 2013/ REUTERS/Max Rossi