Vote protestataire en Italie, vers un Parlement bloqué

lundi 25 février 2013 23h06
 

par Barry Moody et James Mackenzie

ROME (Reuters) - La puissance du vote protestataire aux élections de dimanche et lundi en Italie, après une année de politique d'austérité, menace le pays d'une impasse politique, aucune alliance ne semblant assez forte pour former un gouvernement stable.

Après dépouillement de plus des deux tiers des bulletins de vote, les projections donnent le centre gauche de Pier Luigi Bersani légèrement en tête à la Chambre des députés, devant le centre droit de Silvio Berlusconi qui fait un retour en force inattendu.

Mais aucun des deux blocs ne semble en mesure d'avoir une majorité au Sénat, la chambre haute du Parlement, dont le rôle en Italie est aussi important que celui de la Chambre des députés.

Les marchés et les partenaires européens de l'Italie, avides de stabilité, craignaient un tel scénario pour la troisième économie d'une zone euro confrontée à la crise de la dette, au chômage et à la récession.

Ce vote de protestation est aussi un camouflet pour le président du Conseil sortant, l'ancien commissaire européen Mario Monti, dont l'alliance centriste n'arrive qu'en quatrième position, loin derrière le Mouvement 5 Etoiles du populiste Beppe Grillo, qui a axé sa campagne sur la dénonciation des "élites" pro-européennes et d'une classe politique "corrompue".

Ce scrutin marque aussi une forte déconvenue pour Pier Luigi Bersani, qui était donné grand favori à la fin de l'an dernier, avec à l'époque une avance de plus de dix points sur Silvio Berlusconi.

Le "Cavaliere", à 76 ans, fait un étonnant retour, alors que ses adversaires l'avaient pratiquement enterré fin 2011, quand le technocrate Mario Monti l'avait remplacé au palais Chigi.

Son alliance de centre droit, qui réunit le Peuple de la liberté (PDL), son parti, et les fédéralistes de la Ligue du Nord, est donnée en tête au Sénat, mais pas suffisamment pour avoir une majorité.   Suite...

 
Dans un bureau de vote de Rome. Après dépouillement de plus des deux tiers des bulletins de vote, les projections donnent le centre gauche de Pier Luigi Bersani légèrement en tête à la Chambre des députés, devant le centre droit de Silvio Berlusconi qui fait un retour en force inattendu. Mais aucun des deux blocs ne semble en mesure d'avoir une majorité au Sénat. /Photo prise le 25 février 2013/REUTERS/Yara Nardi