Les objectifs d'emploi et d'impôts semblent hors d'atteinte

lundi 25 février 2013 18h00
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Avec une croissance attendue proche de zéro cette année, les objectifs de baisse du chômage et de répit sur le front des impôts semblent hors d'atteinte pour le gouvernement français.

Une difficulté de plus pour François Hollande, au moment même où il est pressé de toutes parts de s'attaquer désormais en priorité aux économies dans les dépenses publiques.

D'autant que le simple maintien du niveau des recettes imposera de trouver 6 milliards d'euros nouveaux en 2014, a annoncé le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, ce qui présage de nouveaux débats houleux avec le patronat et l'opposition de droite pour qui les hausses d'impôts de 2012-2013 étouffent l'investissement des entreprises et la consommation des ménages.

"En matière de fiscalité, les Français peuvent avoir le sentiment que l'on va loin et parfois trop loin", a déclaré lundi le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, promettant sur i>TÉLÉ qu'"à l'avenir, nos ajustements devront se faire essentiellement par des économies".

"Je ne dis pas qu'il n'y aura pas ici ou là tel ou tel prélèvement s'il est nécessaire", a-t-il cependant ajouté.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, n'a pas exclu une hausse des prélèvements sociaux pour redresser les comptes de la sécurité sociale.

"Je crois qu'il faut (...) ne pas rajouter de nouveaux prélèvements", a-t-il estimé sur RTL. "Après, il y a des discussions spécifiques qui vont avoir lieu pour les retraites, pour la protection sociale, là c'est aux partenaires sociaux d'en décider."

PAS D'EMPLOI SANS CROISSANCE   Suite...

 
Avec une croissance attendue proche de zéro cette année, les objectifs de baisse du chômage et de répit sur le front des impôts semblent hors d'atteinte pour le gouvernement français. Une difficulté de plus pour François Hollande, au moment même où il est pressé de toutes parts de s'attaquer désormais en priorité aux économies dans les dépenses publiques. /Photo d'archives/REUTERS/Tony Gentile