Chute des ventes de pilules de dernière génération en France

lundi 25 février 2013 17h22
 

PARIS (Reuters) - La vente de pilules contraceptives de troisième et de quatrième générations, sous le feu des critiques depuis plusieurs mois en France, a baissé de 23% en janvier, a annoncé lundi l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Cette baisse s'est accompagnée d'une hausse de 16% de la vente des pilules de première et deuxième générations sur la semaine du 18 au 25 janvier 2013 comparé à la même période de l'année dernière.

Plus globalement, l'ANSM a observé une baisse générale de 3,5% des ventes de l'ensemble des pilules contraceptives toutes générations confondues sur la même période en France où 4.274.000 de femmes utilisaient des contraceptifs oraux combinés en 2011.

Les pilules de dernière génération sont accusées de provoquer des risques accrus de troubles emboliques veineux en France, où leur prescription est jugée excessive au regard des risques sanitaires qu'elles présentent.

L'ANSM a recommandé en octobre aux médecins de prescrire en "première intention" des pilules de première ou deuxième génération dont les risques accrus de thrombose sont moindres.

"Ce qui est très clair, c'est que les mesures prises et annoncées ont quand même des effets rapides et mesurables", a estimé le directeur de l'ANSM Dominique Maraninchi lors d'une conférence de presse lundi.

L'ANSM est visée, avec le laboratoire Bayer, par une enquête préliminaire ouverte au mois de décembre après le premier dépôt de plainte d'une jeune femme, Marion Larat, handicapée à 65% après avoir été victime d'un AVC imputé à une pilule de 3e génération.

Près de 80 plaintes ont été déposées depuis le 14 décembre au pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Paris contre quatre laboratoires qui fabriquent des pilules contraceptives de troisième et quatrième générations et l'antiacnéique Diane 35.

HAUSSE DES NOTIFICATIONS D'ACCIDENTS   Suite...

 
La vente de pilules contraceptives de troisième et de quatrième générations, sous le feu des critiques depuis plusieurs mois en France, a baissé de 23% en janvier, selon l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard