Nouveau désaccord entre Peillon et les enseignants

lundi 25 février 2013 11h50
 

PARIS (Reuters) - La proposition de Vincent Peillon de raccourcir les vacances scolaires d'été de deux mois à six semaines et de les répartir en deux zones géographiques a été fraîchement accueillie par les enseignants en plein débat sur la réforme des rythmes scolaires.

Le ministre de l'Education a déclaré dimanche que six semaines de vacances d'été, "c'est suffisant", mais que cette réforme ne pouvait être envisagée avant 2015.

"Il faut d'abord changer les habitudes de beaucoup de gens, faire travailler plus les professeurs, donc il y aura des questions de moyens", a-t-il expliqué sur BFM TV.

A Matignon, on indique lundi que "comme l'a indiqué Vincent Peillon, cette piste n'est pas à l'ordre du jour. Elle sera peut-être évoquée, mais pas avant 2015".

Les déclarations du ministre de l'Education n'en ont pas moins déchaîné les critiques de l'opposition.

"Vincent Peillon est un récidiviste de la gaffe", a dit sur Canal+ l'ancien ministre UMP de l'Agriculture, Bruno Le Maire

UNE RÉFORME QUI PASSE MAL

Vincent Peillon se heurte depuis plusieurs mois à la communauté enseignante concernant la réforme des rythmes scolaires qui prévoit le retour à la semaine de quatre jours et demi dès la rentrée 2013.

Plusieurs maires de villes socialistes, à l'image de Lyon et de Montpellier, ont annoncé leur intention de reporter cette réforme contestée à la rentrée 2014.   Suite...

 
La proposition de Vincent Peillon de raccourcir les vacances scolaires d'été de deux mois à six semaines et de les répartir en deux zones géographiques a été fraîchement accueillie par les enseignants en plein débat sur la réforme des rythmes scolaires. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau