L'Histoire en première ligne de la 85e cérémonie des Oscars

dimanche 24 février 2013 09h59
 

par Jill Serjeant

LOS ANGELES (Reuters) - L'Histoire est omniprésente dans quatre des principaux films qui seront en lice dimanche pour la 85e édition de la cérémonie des Oscars.

Histoire immédiate, avec le "Zero Dark Thirty" de Kathryn Bigelow, le récit de la traque et de l'élimination d'Oussama ben Laden dans la nuit du 1er au 2 mai 2011 à Abbottabad, au Pakistan.

Histoire un peu plus ancienne pour "Argo", le film de Ben Affleck où un agent de la CIA se faisant passer pour un producteur hollywoodien exfiltre six diplomates américains réfugiés à l'ambassade du Canada à Téhéran en pleine révolution islamique.

"Lincoln", le biopic de Steven Spielberg, et "Django Unchained", le western que Quentin Tarantino situe juste avant la Guerre de Sécession, plongent un peu plus loin dans les racines des Etats-Unis, dans le combat contre l'esclavagisme et la guerre du Nord contre le Sud.

"C'est une année intéressante du fait de ces films qui suscitent la réflexion et qui présentent un semblant de réalité. Un regard sur nos racines et sur notre avenir, qui conduit les gens à réfléchir", note Pete Hammond, éditorialiste du site professionnel Deadline.com.

Les films en lice cette année offrent un contraste saisissant avec l'édition 2012 qui avait consacré "The Artist", la comédie muette en noir et blanc du Français Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin et Bérénice Béjo.

"The Artist" était une déclaration d'amour à l'âge d'or du cinéma hollywoodien. Cette année, entre terrorisme, esclavage, guerre et politique, le palmarès risque fort de consacrer un film en quête de sens dans une époque troublée et de leçons à tirer pour l'avenir.

PROBLÉMATIQUES MODERNES TRANSPOSÉES DANS LE PASSÉ   Suite...

 
Steven Spielberg, nominé aux Oscars pour son biopic "Lincoln". L'Histoire est omniprésente dans quatre des principaux films qui seront en lice dimanche pour la 85e édition de la cérémonie des Oscars. /Photo prise le 4 février 2013/REUTERS/Mario Anzuoni