Le vote sanction ajoute à l'incertitude en Italie

lundi 25 février 2013 13h05
 

par James Mackenzie

ROME (Reuters) - Les bureaux de vote ont rouvert lundi au second et dernier jour des législatives italiennes, alors que la tentation du vote sanction ajoute à l'incertitude de ce scrutin très suivi par les marchés financiers, qui craignent un blocage politique susceptible de relancer la crise de la zone euro.

Les opérations de vote ont repris lundi matin à 07h00 (06h00 GMT) et s'achèveront à 15h00 (14h00 GMT). On connaîtra alors les résultats des sondages réalisés à la sortie des urnes et les premières projections. Les résultats officiels ne sont pas attendus avant lundi soir ou mardi matin.

Dimanche à 22h00 (21h00 GMT), à la fermeture des bureaux de vote, la participation était de 54%, loin des 62,5% de 2008, selon le ministère de l'Intérieur.

Pier Luigi Bersani, ancien ministre de l'Industrie et chef de file du Parti démocrate, était crédité d'un léger avantage dans les derniers sondages, mais le rejet des mesures d'austérité mises en oeuvre par le centriste Mario Monti, aux affaires depuis 2011, laisse planer le doute quant à l'issue du scrutin.

Il a neigé dimanche dans le nord de l'Italie et l'épisode devait se poursuivre lundi, ce qui pourrait décourager une partie des 47 millions d'inscrits à accomplir leur devoir électoral.

"Ce sera un vote sanction, peut-être une révolte", écrit le Corriere della Sera dans son édition de lundi.

"Allez, ce n'est pas encore fini", titre pour sa part le Gionale daily, qui appartient au frère de Berlusconi, appelant les électeurs à ne pas baisser les bras.

Pendant la campagne, l'humoriste Beppe Grillo et son Mouvement Cinq Etoiles (M5S) a volé la vedette à ses concurrents des partis traditionnels. Vendredi, dernier jour de la campagne, il a rassemblé un demi-million de personnes dans le centre de Rome, illustrant la progression attendue de son M5S dans les urnes.   Suite...

 
Vote de l'humoriste Beppe Grillo, du Mouvement Cinq Etoiles (M5S), à Gênes. Les bureaux de vote ont rouvert lundi au second et dernier jour des législatives italiennes, alors que la tentation du vote sanction ajoute à l'incertitude de ce scrutin très suivi par les marchés financiers, qui craignent un blocage politique susceptible de relancer la crise de la zone euro. /Photo prise le 25 février 2013/REUTERS/Giorgio Perottino