Une quinzaine d'islamistes tués lors des combats de jeudi à Gao

vendredi 22 février 2013 11h50
 

PARIS (Reuters) - Une quinzaine d'islamistes ont été tués, deux soldats français très légèrement blessés et quatre soldats maliens blessés lors des combats jeudi à Gao, au Mali, indique vendredi un nouveau bilan de l'état-major de l'armée française.

Les forces françaises ont dû prêter main forte jeudi aux soldats maliens pour déloger de la mairie de la plus grande ville du nord du pays des combattants islamistes infiltrés pendant la nuit.

Un premier bilan donné jeudi soir par le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, faisait état de cinq djihadistes tués.

"Les forces armées maliennes appuyées par la QFR (force de réaction rapide française, avec notamment deux hélicoptères) sont parvenues à neutraliser une quinzaine de terroristes", précise vendredi l'état-major sur le site internet du ministère de la Défense.

Un élément du génie est également intervenu afin de neutraliser des charges explosives et deux soldats français ont été très légèrement blessés au cours de cette action, ajoute le texte.

En fin d'après-midi, jeudi, la situation était redevenue calme dans la ville de Gao.

Mais le "check-point" aux sorties nord de la ville a été défendu par des éléments nigériens alors qu'il était harcelé sporadiquement par des groupes de rebelles, dont deux éléments ont été alors tués.

Le même jour, un véhicule s'est élancé dans la cour d'une maison transformée en dépôt de carburant civil et située à proximité de l'aéroport de Kidal, beaucoup plus au Nord, confirme l'état-major.

Ce véhicule a provoqué une explosion et a causé la mort du gardien de la maison et du combattant islamiste à son bord. Aucun civil ou soldat français n'a été blessé.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

 
Militaires maliens à l'assaut de la mairie de Gao, jeudi. Une quinzaine d'islamistes ont été tués, deux soldats français très légèrement blessés et quatre soldats maliens blessés lors des combats de jeudi pour déloger de la mairie de la plus grande ville du nord du Mali des combattants islamistes infiltrés pendant la nuit. /Photo prise le 21 février 2013/REUTERS/Joe Penney