Paris recherche d'autres filières de revente de viande de cheval

jeudi 21 février 2013 17h05
 

PARIS (Reuters) - Les autorités françaises poursuivent leurs recherches pour déterminer si d'autres filières que celle de l'entreprise Spanghero ont écoulé de la viande de cheval vendue comme du boeuf, tandis que le scandale s'étend à travers l'Europe.

Une enquête est menée parallèlement au niveau européen par Europol et les gouvernements de l'UE ont décidé de multiplier les contrôles et les tests, une quinzaine de pays ayant découvert des lots frauduleux.

En France, les résultats des prélèvements en cours dans les grandes surfaces françaises seront bientôt connus, a déclaré jeudi le ministre de la Consommation Benoît Hamon.

Le gouvernement souhaite s'assurer qu'on "ne continue pas à manger dans des plats préparés de la viande de cheval à la place de la viande boeuf", a-t-il expliqué lors des questions d'actualité au Sénat.

"Nous aurons bientôt les premiers résultats de ces prélèvements et il pourrait apparaître (...) qu'il n'y a pas qu'une seule filière concernée par cette substitution", avait-il auparavant précisé lors d'une conférence de presse.

L'enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis en cause l'entreprise audoise Spanghero.

Mais depuis le début du scandale, plus de quatre millions et demi de plats cuisinés contenant de la viande de cheval ont été écoulés en Europe, selon Benoît Hamon.

Après le retrait de lots en Finlande, en Roumanie et en République Tchèque cette semaine, de la viande de cheval a été découverte jeudi chez un marchand de kebab de Vienne, en Autriche.

Parallèlement à la multiplication des contrôles, des discussions seront lancées la semaine prochaine pour améliorer les systèmes d'étiquetage au niveau européen, a précisé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.   Suite...

 
LE CIRCUIT DE LA VIANDE DE CHEVAL SELON L’ENQUÊTE DE LA DGCCRF