Ségolène Royal trouve un point de chute à la BPI

mercredi 20 février 2013 17h30
 

PARIS (Reuters) - L'ancienne candidate socialiste à l'élection présidentielle en France, Ségolène Royal, va être nommée vice-présidente de la Banque publique d'investissement (BPI), a annoncé mercredi le président de l'institution, Jean-Pierre Jouyet.

Le directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), un proche du président François Hollande, a souligné sur France Inter que l'ancienne compagne du chef de l'Etat formerait un "tandem" paritaire avec lui.

"Je pense qu'elle saura bien porter la parole de la Banque publique d'investissement sur le plan politique", a-t-il dit.

Le nom de la présidente de la région Poitou-Charentes sera proposé lors du premier conseil d'administration de la BPI, une institution chargée d'apporter un soutien financier aux petites et moyennes entreprises et aux entreprises de taille intermédiaire, qui doit se tenir jeudi à Dijon.

Ségolène Royal a déclaré sur Twitter qu'elle voulait servir "efficacement, mais modestement, une grande idée".

"Au sein du conseil d'administration de la BPI, comportement exemplaire: fonction gratuite, pas de rémunération et surveillance des dépenses", écrit-elle.

L'établissement, dont l'Etat et la Caisse des dépôts sont actionnaires, doit permettre de réunir dans chaque région, grâce à des guichets uniques, plusieurs structures existantes, notamment le Fonds stratégique d'investissement (FSI), Oséo -la banque des PME- et CDC Entreprises, une filiale de la CDC.

SERVIR SON PAYS

Ségolène Royal a estimé que le poste était cohérent avec ses idéaux. "J'ai préfiguré cette banque publique dans ma région, je sais que ça marche", a-t-elle dit sur France Inter.   Suite...

 
Ségolène Royal va être nommée vice-présidente de la Banque publique d'investissement (BPI), a annoncé mercredi le président de la BPI Jean-Pierre Jouyet. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau