Fortes tensions à l'Assemblée autour des scrutins locaux

mardi 19 février 2013 20h25
 

PARIS (Reuters) - Le climat s'est subitement détérioré mardi soir à l'Assemblée nationale au moment d'un vote sur un article du projet de loi modifiant les modes de scrutin locaux.

Les groupes UMP et UDI (centriste) ont violemment protesté après que la présidente de séance, Laurence Dumont (PS), eut suspendu la séance alors que l'Assemblée s'apprêtait à se prononcer sur l'article du texte qui change la dénomination du conseil général en conseil départemental.

Le nombre de députés UMP et UDI présents dans l'hémicycle était alors nettement supérieur à celui de la majorité et notamment du groupe socialiste.

Les députés de l'opposition sont restés dans l'hémicycle pendant la suspension de séance et ont commencé à lancer des slogans hostiles tels que "les socialos au boulot".

Les députés PS sont alors arrivés en nombre en séance.

Le ton est encore monté d'un cran à la reprise de la séance et la présidente n'a pu ramener le calme, ses explications étant ponctué d'exclamations et de propos peu amènes.

Les députés UMP et UDI se sont ensuite levés et ont entonné la Marseillaise, obligeant la présidente a demander une nouvelle suspension de séance. "Démocratie, démocratie", ont alors lancé les élus de l'opposition.

Finalement la séance a repris quelques minutes pour permettre d'annoncer la réunion immédiate d'une Conférence des présidents afin de faire le point sur cet incident.

Les travaux devraient normalement reprendre à 21h30, début de la séance de nuit.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

 
Le climat s'est subitement détérioré mardi soir à l'Assemblée nationale au moment d'un vote sur un article du projet de loi modifiant les modes de scrutin locaux. Les groupes UMP et UDI (centriste) ont violemment protesté après que la présidente de séance, Laurence Dumont (PS), eut suspendu la séance à un moment où leur nombre était nettement supérieur à celui de la majorité et notamment du groupe socialiste. /Photo d'archives/REUTERS