Démission du Premier ministre tunisien Hamadi Jebali

mardi 19 février 2013 22h55
 

par Tarek Amara

TUNIS (Reuters) - Le Premier ministre tunisien, l'islamiste modéré Hamadi Jebali, a démissionné mardi après l'échec de son projet de formation d'un gouvernement de techniciens visant à mettre fin à la crise politique qui secoue le pays.

La Tunisie, berceau des "Printemps arabes" lancés il y a deux ans, est à nouveau entrée dans une période troublée de manifestations et de contre-manifestations après l'assassinat de l'opposant de gauche Chokri Belaïd devant son domicile le 6 février dernier à Tunis.

"J'avais promis qu'en cas d'échec de mon initiative, je démissionnerais et (...) je l'ai déjà fait", a déclaré Hamadi Jebali mardi lors d'une conférence de presse après un entretien avec le président Moncef Marzouki.

Hamadi Jebali est le secrétaire général du parti islamiste modéré Ennahda "Mouvement de la renaissance". Il avait été nommé Premier ministre il y a 15 mois après la victoire d'Ennahda aux premières élections libres à se tenir en Tunisie après la révolution qui avait lancé le mouvement des printemps arabes et conduit au renversement du président Zine El Abidine Ben Ali.

L'assassinat de Chrokri Belaïd, qui n'a pas été revendiqué, a accru les doutes des partisans d'une société qui accusent le gouvernement de ne pas avoir montré une attitude suffisamment ferme avec les extrémistes religieux. Sa famille avait toutefois montré du doigt Ennahda, qui a nié toute implication.

Pour sortir de l'impasse créée par la mort de Chokri Belaïd, Hamadi Jebali avait proposé de former un gouvernement d'experts sans appartenance politique revendiquée avant l'organisation de nouvelles élections. Mais il avait annoncé cette initiative sans consulter son propre parti, Ennahda, ni les deux petits partis de gauche partenaires de la coalitions au pouvoir.

Il avait menacé de démissionner en cas d'échec. Or Ennahda a rejeté l'idée d'un gouvernement de techniciens.

UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DANS DEUX SEMAINES ?   Suite...

 
Hamadi Jebali, lors d'une conférence de presse à Tunis, lundi. Le Premier ministre tunisien a démissionné mardi après l'échec de son projet de formation d'un gouvernement de techniciens visant à mettre fin à la crise politique. /Photo prise le 18 février 2013/REUTERS/Zoubeir Souissi