Un soldat français tué au Nord-Mali dans un accrochage

mardi 19 février 2013 19h44
 

ATHENES/PARIS (Reuters) - Un soldat français a été tué mardi dans le massif des Ifoghas, dans le nord du Mali, au cours d'un accrochage qui a permis de neutraliser plus de 20 djihadistes, ont annoncé les autorités françaises.

Le sergent-chef Harold Vormezeele est le deuxième militaire français tué dans le cadre de l'opération française au Mali, lancée le 11 janvier dernier pour repousser les extrémistes islamistes qui menaçaient la capitale malienne, Bamako.

"En ce moment nous avons des forces spéciales (...) qui interviennent dans une zone particulièrement délicate, qui est le massif des Ifoghas, là où des groupes terroristes se sont retranchés", a expliqué François Hollande.

"Il y a eu un accrochage sérieux avec plusieurs morts du côté des terroristes mais un mort aussi du côté français", a-t-il ajouté, lors de la visite du lycée français d'Athènes.

A Paris, le ministère français de la Défense a déclaré que plus de 20 rebelles islamistes avaient été abattus au cours de l'accrochage dans lequel le soldat français a été tué.

Près de 150 soldats français et maliens ont lancé lundi une opération dans le massif montagneux de l'Adrar des Ifoghas qui a permis selon Paris de détruire deux dépôts de munitions.

"Cette action des forces françaises a permis de localiser des éléments terroristes dans leur sanctuaire, de les poursuivre et de neutraliser plus d'une vingtaine d'entre eux", ajoute le ministère de la Défense sur son site internet.

Une section de commandos parachutistes appuyée par une patrouille blindée a été attaquée mardi par des "groupes terroristes" dans le massif et une patrouille composée de deux Mirage est intervenue, détruisant deux nids de mitrailleuses lourdes, ajoute le ministère.

"JUSQU'AU BOUT"   Suite...

 
Militaires français au nord de Douentza. Un militaire français a été tué dans un accrochage avec des djihadistes dans le nord du Mali, dans le massif des Ifoghas. /Photo prise le 7 février 2013/REUTERS/David Lewis