Sept Français, dont quatre enfants, enlevés au Cameroun

mardi 19 février 2013 16h03
 

ATHENES (Reuters) - François Hollande a confirmé mardi l'enlèvement au Cameroun de sept ressortissants français, trois adultes et quatre enfants d'une même famille, par un "groupe terroriste" nigérian.

"J'ai appris qu'il y avait eu sept compatriotes qui avaient été enlevés au Cameroun - trois adultes, quatre enfants de la même famille - par un groupe terroriste que nous connaissons et qui est au Nigéria", a dit le président français en marge d'un déplacement à Athènes.

"La plus grande probabilité, c'est qu'ils soient emmenés au Nigeria. Donc nous faisons tout pour éviter qu'ils soient retenus dans ce pays", a-t-il ajouté.

Prié de dire si, selon lui, ces enlèvements étaient liés à l'intervention de l'armée française au Mali, il a déclaré :

"Je vois surtout l'implantation d'un groupe terroriste, Boko Haram en l'occurrence, dans cette partie-là du Cameroun et c'est suffisamment inquiétant pour nous mobiliser. La France est au Mali, la France poursuit son action jusqu'au bout."

Le nord-est du Nigeria, frontalier du Cameroun, est un bastion de la secte islamiste Boko Haram, qui a pris les armes pour tenter d'imposer la "charia" (loi coranique) dans la moitié nord du pays le plus peuplé d'Afrique comptant approximativement autant de musulmans que de chrétiens.

La région est également la proie de bandes criminelles qui profitent de l'insécurité ambiante provoquée par l'insurrection islamiste pour se livrer à des attaques à main armée.

Les sept touristes français ont été enlevés vers 7h00 du matin (06h00 GMT) dans un petit village situé à une dizaine de km de la frontière du Nigeria, où les Occidentaux se rendent souvent en villégiature, selon la radio RFI.

Huit otages français sont détenus en Afrique par des groupes islamistes, sept dans le Sahel et un au Nigéria.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse