François Hollande salué à Athènes pour son soutien à la Grèce

mardi 19 février 2013 18h56
 

par Jean-Baptiste Vey

ATHENES (Reuters) - François Hollande a reçu mardi un accueil chaleureux à Athènes, où le Premier ministre Antonis Samaras a salué le soutien de la France à son pays, de l'indépendance de la Grèce au maintien dans la zone euro, en passant par son entrée dans l'UE.

L'ambiance de la visite du président français tranche avec celle de la chancelière allemande, Angela Merkel, en novembre, quand les forces de sécurité grecques avait dû contenir des manifestations hostiles à l'intransigeance allemande.

"Aucun peuple en Europe n'a subi une telle épreuve", a dit François Hollande lors d'une conférence de presse avec Antonis Samaras. La Grèce est entrée dans sa sixième année consécutive de récession et le taux de chômage y atteint désormais 27%.

Antonis Samaras a fait appel à l'Histoire pour faire le lien entre l'actualité de la crise et l'avenir de l'Europe.

"Aujourd'hui, le peuple grec souffre, rencontre des épreuves dues à un difficile programme de changement structurel et d'ajustement budgétaire. Mais, une fois de plus, la France se bat à nos côtés pour plus de solidarité au sein de l'Europe", a-t-il dit en rappelant que c'est grâce aux pressions françaises que son pays avait adhéré à l'Union européenne en 1981.

"C'est l'avenir de l'Europe tout entière qui est en jeu, la France constitue toujours le centre politique de l'Europe", a-t-il ajouté. Ce soutien intervient à un moment où la France peine à faire entendre sa voix en faveur d'un meilleur équilibre en Europe entre redressement budgétaire et croissance.

ATHÈNES N'A PAS À CHOISIR ENTRE PARIS ET BERLIN

François Hollande a dit le soutien de la France à la Grèce, manifesté par le refus d'envisager toute possibilité de sortie de la zone euro, Paris craignant que les doutes sur l'intégrité de la zone monétaire provoquent une spéculation en cascade sur ses membres les plus fragiles.   Suite...

 
François Hollande a reçu mardi un accueil chaleureux à Athènes, où le Premier ministre Antonis Samaras a salué le soutien de la France à son pays, de l'indépendance de la Grèce au maintien dans la zone euro, en passant par son entrée dans l'UE. /Photo prise le 19 février 2013/REUTERS/Thanasis Stavrakis/Pool