La politique de la Ville contrainte par l'économie

mardi 19 février 2013 14h32
 

par Julien Ponthus et Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi un train de mesures pour redynamiser la politique de la Ville, des réformes largement techniques alors que la dégradation de l'économie française oblige le gouvernement à opérer sous contrainte budgétaire.

Le gouvernement entend concentrer ses efforts sur un millier de quartiers prioritaires, au lieu de 2.500 actuellement, et de faire de ces zones urbaines difficiles les destinataires prioritaires des rares crédits dégagés pour l'Education nationale, l'emploi et la police.

"Je ne suis pas venu vous présenter un nouveau plan Marshall pour les banlieues", a déclaré devant la presse le Premier ministre à la sortie d'un comité interministériel sur le sujet.

Fidèle à sa méthode social-démocrate, Jean-Marc Ayrault a expliqué s'être inspiré de la concertation menée pendant trois mois par le ministre délégué à la Ville, François Lamy.

Evoquant les "désillusions" suscitées par les "grandes réformes à coup de milliards d'euros" annoncées par ses prédécesseurs, Jean-Marc Ayrault a annoncé un "nouveau contrat de ville unique" impliquant chaque ministère.

Des conventions seront passées avec chaque ministère "de façon à ce qu'on détermine des objectifs, des moyens, des méthodes et que dans trois ans on puisse les évaluer pour être certain que le retour de l'Etat soit totalement effectif dans tous ses aspects à l'intérieur des quartiers populaires", a expliqué François Lamy dans la cour de Matignon.

Les écoles primaires des quartiers sensibles seront ainsi prioritaires pour le développement de l'accueil des enfants de moins de trois ans et de l'initiative "plus de maîtres que de classes".

"EMPLOIS FRANCS"   Suite...

 
Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi un train de mesures pour redynamiser la politique de la Ville, des réformes largement techniques alors que la dégradation de l'économie française oblige le gouvernement à opérer sous contrainte budgétaire. /Photo prise le 12 septembre 2012/REUTERS/Jean-Paul Pélissier