La nouvelle prévision de croissance sera connue d'ici fin mars

mardi 19 février 2013 14h42
 

PARIS/ATHENES (Reuters) - La nouvelle prévision de croissance de l'économie française en 2013 sera connue d'ici fin mars, ont déclaré mardi François Hollande et le ministère de l'Economie, s'abstenant de commenter les chiffres très bas avancés par Laurent Fabius.

L'opposition de droite a vite dénoncé une nouvelle cacophonie au sein du gouvernement après des épisodes récents sur d'autres sujets, ce que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault s'est empressé de démentir.

Le ministre des Affaires étrangères, qui s'exprimait sur RTL, a estimé que la croissance pour 2013, un chiffre qui sous-tend l'objectif de baisse des déficits publics à 3% du produit intérieur brut, serait ramenée "autour" de 0,2%-0,3%, contre 0,8% prévus initialement.

Laurent Fabius avait déjà été la semaine passée le premier membre du gouvernement à reconnaître que l'objectif de baisse des déficits ne serait probablement pas tenu en raison de la faiblesse de la croissance.

En visite à Athènes, le président François Hollande n'a pas voulu confirmer les déclarations du chef de la diplomatie, déclarant seulement : "Pour l'année 2013, chacun sait que nous n'atteindrons pas les 0,8% qui étaient prévus".

Pour la suite, il a indiqué que la France attendait les prévisions de la Commission européenne, diffusées ce vendredi, et dévoilerait fin mars sa propre prévision dans le cadre d'un programme de stabilité après l'avoir fait valider par le nouveau Haut Conseil des finances publiques.

"Nous aurons à la fin du mois de mars la prévision de croissance qui sera établie avec le Haut Conseil des finances publiques et qui déterminera ce que nous aurons à faire en termes de choix budgétaires, selon les prescriptions de la Commission européenne, pour 2014", a-t-il ajouté lors d'un point de presse avec le Premier ministre grec, Antonis Samaras.

MANQUE À GAGNER

Le ministère de l'Economie avait auparavant indiqué que la nouvelle prévision de croissance n'avait pas été arrêtée et confirmé le calendrier évoqué par le chef de l'Etat.   Suite...

 
La France devrait réviser sa prévision de croissance pour 2013 "autour" de 0,2%-0,3% du produit intérieur brut (PIB), ce qui impose au gouvernement une gestion d'autant plus "sérieuse", a déclaré mardi Laurent Fabius. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic