Deux nouvelles mises en examen dans l'affaire du Mediator

lundi 18 février 2013 14h18
 

PARIS (Reuters) - Deux anciens salariés de l'Agence de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ont été mis en examen dans l'enquête sur le Mediator, qui aurait fait de 500 à 2.000 morts de 1976 à 2009, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Jean-Michel Alexandre, qui a quitté l'Agence (alors appelée Afssaps) en 2000, est mis en examen pour "participation illégale d'un fonctionnaire dans une entreprise précédemment contrôlée" et Eric Abadie, dont le contrat a pris fin en 2011, pour "prise illégale d'intérêts", a-t-on précisé.

Ce dernier est soupçonné d'avoir reçu des rétributions de Servier, souligne France info, qui a révélé l'information.

L'organisme n'était pas joignable dans l'immédiat.

Le président-fondateur des laboratoires Servier ainsi que six entités juridiques de son groupe avaient été mis en examen en décembre dernier pour "homicides et blessures involontaires" dans le cadre de cette affaire.

Jacques Servier, 90 ans, devra verser une caution de 75.000 euros et ses sociétés un total de 2,4 millions d'euros. Le fondateur des laboratoires Servier était déjà poursuivi depuis septembre 2011 pour "tromperie sur la qualité substantielle d'un produit, escroquerie et obtention indue d'autorisation" et ses sociétés pour les deux derniers chefs.

Le Mediator, retiré du marché en 2009, provoquait des valvulopathies, affections cardiaques mortelles, selon des expertises.

Les laboratoires Servier sont soupçonnés d'avoir dissimulé la vraie nature du médicament, un coupe-faim présenté comme antidiabétique.

Chine Labbé, édité par Gérard Bon

 
Deux anciens salariés de l'Agence de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ont été mis en examen dans l'enquête sur le Mediator, qui aurait fait de 500 à 2.000 morts de 1976 à 2009. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard