Hollande "ouvre la porte" à une Inde curieuse de la France

vendredi 15 février 2013 16h52
 

par Elizabeth Pineau

BOMBAY (Reuters) - Pauvre en contrats signés mais riche en promesses, la visite de François Hollande en Inde s'est achevée vendredi sous le regard curieux d'une presse locale qui a découvert un président décidé à stimuler les échanges économiques avec le sous-continent.

"French connection", ose le journal économique Mint sous une photo du président français et du Premier ministre Manmohan Singh. Le quotidien évoque la possible d'une vente record de 126 avions Rafale français, pour quelque 11 milliards d'euros, qui pourrait être finalisée d'ici l'été.

Mail Today choisit le même angle, en insistant sur le souci de probité des autorités françaises à l'heure où des soupçons de pots-de-vin entachent la vente à l'Inde d'hélicoptères construits par la firme italienne Finmeccanica.

Indulgent pour le président, mais sévère pour l'économie française, l'Hindustan Times souffle, lui, le chaud et le froid.

Un portrait intitulé "La nature sympathique de Hollande va-t-elle bénéficier à l'Inde ?" décrit un homme "amical", "plus souriant que tous ses prédécesseurs".

"En choisissant l'Inde pour une première visite bilatérale dans un pays d'Asie, avant la Chine en avril, il a montré que la relation avec l'Inde revêtait d'une grande importance pour la France", peut-on lire.

Le même journal dénonce la faible compétitivité française.

"Pour être un partenaire de l'Inde d'aujourd'hui, la France, frappée par la crise de l'Union européenne, doit être plus économe et affûtée chez elle", juge-t-on.   Suite...

 
La visite de François Hollande en Inde s'est achevée vendredi sous le regard curieux d'une presse locale qui a découvert un président décidé à stimuler les échanges économiques avec le sous-continent. Pauvre en contrats signés la visite est cependant riche en promesses. /Photo prise le 15 février 2013/REUTERS/Danish Siddiquil