PSA espère apaiser le site d'Aulnay en transférant des salariés

vendredi 15 février 2013 16h22
 

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën espère ramener le calme dans son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et y redémarrer la production dès lundi en transférant provisoirement des salariés vers le site voisin de Poissy (Yvelines), une mesure approuvée à une très large majorité vendredi par les syndicats du groupe automobile.

Après plusieurs semaines de production au compte-gouttes, l'usine d'Aulnay, voué à une fermeture définitive en 2014, est à l'arrêt complet depuis mercredi à cause des tensions entre les grévistes, que PSA chiffre à 300 environ, et les non-grévistes.

Pour tenter d'apaiser la situation, cinq syndicats sur six ont voté un déblocage anticipé des mobilités temporaires d'Aulnay vers Poissy, lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire organisé au siège de PSA.

A partir de la fin février, les salariés qui le souhaitent pourront ainsi, à raison d'une cinquantaine de personnes chaque semaine, quitter l'usine d'Aulnay pour un mois renouvelable.

"Le but n'est pas de commencer à déserter l'usine, mais de faciliter le départ temporaire de ceux qui n'en peuvent plus de l'ambiance à Aulnay", a déclaré Franck Don, représentant de la CFTC, l'un des cinq syndicats signataires.

Le directeur industriel de PSA Denis Martin a souligné que ces transferts n'étaient que temporaires et que les salariés "prêtés" à Poissy avaient vocation à retourner à Aulnay, où le groupe entend poursuivre la production jusqu'au bout.

"Il n'est pas question de vouloir précipiter une fermeture du site, nous avons prévu de produire le véhicule (Citroën) C3 à Aulnay jusqu'en 2014", a déclaré Denis Martin lors d'une conférence de presse.

"Nous avons besoin de cette période-là, tout d'abord pour finaliser l'ensemble des projets de réindustrialisation", a-t-il expliqué. "Et si nous avons une capacité installée à Poissy qui permet d'assurer la production à terme de toute la C3, aujourd'hui nous avons besoin des deux unités au regard du nombre de véhicules qui nous est demandé par nos clients."   Suite...

 
Les syndicats de PSA Peugeot Citroën ont approuvé vendredi le déblocage anticipé des départs de salariés de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où la situation est tendue depuis plusieurs semaines. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer