Les sanglots d'Oscar Pistorius au tribunal de Pretoria

vendredi 15 février 2013 17h54
 

par David Dolan

PRETORIA (Reuters) - L'athlète sud-africain Oscar Pistorius, premier double amputé à avoir participé aux Jeux olympiques avec les valides, a éclaté en sanglots vendredi au tribunal de Pretoria après avoir été formellement inculpé du meurtre de sa compagne.

Vêtu d'un costume sombre, la star de l'athlétisme a écouté, debout tête baissée, le juge Desmond Nair lui signifier son inculpation, avant de sangloter le visage dans les mains. "Allez, allez", lui a dit le magistrat l'invitant à s'asseoir.

Le parquet a fait savoir que le ministère public soutiendrait la thèse de la préméditation. Le prévenu n'a pas choisi sa ligne de défense, mais conteste "dans les termes les plus forts" sa mise en examen pour meurtre, selon un communiqué de son agent et de sa famille.

"Il a clairement souhaité exprimer sa profonde sympathie à la famille de Reeva", ajoutent-ils.

Le corps sans vie du mannequin Reeva Steenkamp, sa compagne âgée de 30 ans, a été retrouvé la veille dans le quartier huppé et très sécurisé de Silver Woods, dans la banlieue de la capitale. La jeune femme a été abattue de plusieurs balles. Un pistolet de 9 mm a été retrouvé sur place.

Selon les médias sud-africains, Oscar Pistorius a tiré à quatre reprises sur sa compagne à travers la porte de la salle de bain. Elle a été atteinte à la tête, à la poitrine, au bassin et à la main, écrit sur son site internet le journal en langue afrikaans Beeld.

"Les agents de sécurité ont retrouvé Oscar Pistorius à côté du corps de Reeva Steenkamp dans la salle de bain", dit un témoin cité par le journal. "La porte était criblée de balles."

MODÈLE DE RÉUSSITE   Suite...

 
L'athlète sud-africain Oscar Pistorius, premier double amputé à avoir participé aux Jeux olympiques avec les valides, a éclaté en sanglots vendredi au tribunal de Pretoria après avoir été officiellement inculpé du meurtre de sa compagne, le mannequin Reeva Steenkamp. /Photo prise le 15 février 2013/ REUTERS/Antonie de Ras