Spanghero se défend et dit vouloir sauver des emplois

vendredi 15 février 2013 16h57
 

PARIS/CASTELNAUDARY, Aude (Reuters) - Des élus de l'Aude et les cadres de l'entreprise française Spanghero S.A, mise en cause dans le scandale de la viande de cheval en Europe ont accusé vendredi le gouvernement de condamner à mort les 300 salariés et leurs familles.

Accusée par trois ministres de tromperie pour avoir étiqueté comme du boeuf destinée à des plats préparés ce qui était de la viande de cheval, l'usine de Castelnaudary (Aude) s'est vu retirer provisoirement l'agrément qui lui permet de traiter la viande, mais ses dirigeants plaident toujours la bonne foi.

Le préfet de l'Aude, Eric Freyssdelinard, a rappelé que cette suspension serait levée totalement ou partiellement dès que l'enquête sanitaire en cours aura permis "de lever tout doute quant à la sécurité des consommateurs". Il a précisé que les salariés étaient pour l'instant en congé et qu'il envisageait le recours au chômage partiel ultérieurement.

Le patron de Spanghero, Barthélémy Aguerre, a démenti vendredi toute tromperie délibérée, affirmant que les codes douaniers signalant le type de viande - 205 pour le cheval - n'étaient pas utilisés par la profession.

"J'ai été trompé", a-t-il dit lors d'une conférence de presse au cours de la laquelle il a répété qu'à son avis, la responsabilité était "en amont", avant l'arrivée de la viande à l'usine. "La magouille vient d'ailleurs", a-t-il dit.

Il a dit son espoir que les contrôleurs et la brigade vétérinaire dépêchée sur place par le gouvernement parviendraient à démontrer d'ici lundi l'innocence de la société, avant qu'elle ne perde tous ses clients.

"LES CLIENTS SE SONT RETIRÉS"

Le maire de Castelnaudary, Patrick Maugard (PS), a annoncé pour sa part qu'il rencontrerait dès mardi les ministres de la Consommation et de l'Agriculture, Benoît Hamon et Stéphane Le Foll, avec l'ensemble des parlementaires de l'Aude.

"Nous allons faire le point sur cette affaire, afin d'obtenir au plus vite la levée de la suspension", a-t-il dit à la presse, précisant qu'il proposerait de "cloisonner les segments d'activité".   Suite...

 
LE CIRCUIT DE LA VIANDE DE CHEVAL