Casse-tête économique et politique en vue pour Hollande

jeudi 14 février 2013 15h54
 

par Jean-Baptiste Vey et Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - La révision des perspectives économiques et budgétaires de la France crée un casse-tête économique et politique pour le gouvernement de François Hollande, même s'il pourrait échapper aux foudres de la Commission européenne.

Il devra non seulement revoir ses prévisions 2013 mais aussi l'ensemble de la trajectoire budgétaire du quinquennat, tout en apportant des preuves de son engagement à mener des réformes structurelles pour redresser les finances publiques et l'économie française malgré l'environnement déprimé.

La satisfaction exprimée par l'aile gauche du Parti socialiste à l'annonce mercredi du renoncement à l'objectif de déficits publics ramenés à 3% du PIB fin 2013 pourrait se changer en colère contre les mesures que la France devra annoncer pour contenter les Européens et les marchés financiers.

Ces derniers n'ont pas sanctionné la France, dont les taux d'emprunt évoluaient jeudi en strict parallèle avec les taux allemands pour la dette de référence à dix ans, signe que l'abandon de cet objectif, anticipé par les économistes depuis des mois, était devenu un secret de Polichinelle.

"Il y a un enjeu de crédibilité sur les propositions qu'on va faire à Bruxelles. Il va falloir donner des gages sérieux", dit Denis Ferrand, directeur général de l'institut COE-Rexecode.

Un nouveau tour de vis fiscal étant difficilement imaginable, cela passera, selon lui, "par une information précise sur ce que l'on compte faire sur la dépense publique".

"Aujourd'hui, on a des indications ici ou là, mais on n'a pas de tableau global qui permettrait de dire à quelles dépenses on s'attaque", ajoute-t-il.

DONNER DES GAGES À LA COMMISSION   Suite...

 
La révision des perspectives économiques et budgétaires de la France crée un casse-tête économique et politique pour le gouvernement de François Hollande, même s'il pourrait échapper aux foudres de la Commission européenne. /Photo prise le 7 février 2013/REUTERS/Yves Herman