Un bâtiment du site de Tchernobyl en partie effondré

mercredi 13 février 2013 15h53
 

KIEV (Reuters) - Une partie d'un bâtiment annexe au réacteur nucléaire n°4 de Tchernobyl, accidenté en 1986, s'est effondrée, ont rapporté les autorités ukrainiennes mercredi, précisant qu'il n'y avait aucun blessé et que le niveau des radiations n'avait pas augmenté.

Le ministère ukrainien des Situations d'urgence a déclaré que l'effondrement survenu mardi ne concernait pas l'enceinte de confinement qui recouvre le réacteur accidenté, mais une partie de l'enceinte et du toit d'une salle des turbines annexe au sarcophage, qui s'est affaissée sous le poids de la neige.

"Il n'y a pas eu de défaillance de sécurité", dit le ministère dans un communiqué.

L'administration de la centrale dit dans un communiqué séparé qu'il n'y a pas eu "de modification des niveaux de radiation dans la zone industrielle de la centrale nucléaire de Tchernobyl et dans la zone d'exclusion (de 30 kilomètres)".

"Personne n'a été blessé", ajoute-t-elle.

La centrale, dont les réacteurs ont été arrêtés en 2000, a été le théâtre de la plus grave explosion nucléaire de l'histoire dans la nuit du 25 au 26 avril 1986.

L'Ukraine construit actuellement une nouvelle structure autour de l'ancien sarcophage pour prévenir toute fuite. L'ancienne couverture, vieillissante et construite à la hâte, laisse filtrer les eaux de pluie.

Environ 80 salariés d'un consortium formé par Vinci et Bouygues ont été évacués par précaution du site de Tchernobyl, a-t-on appris mercredi auprès des deux groupes français de BTP.

Les salariés évacués travaillent pour le consortium Novarka, formé à parité par Bouygues Construction et Vinci Construction, qui réalise actuellement un nouveau sarcophage destiné à recouvrir la chape actuelle du réacteur endommagé.   Suite...

 
Une partie d'un bâtiment annexe au réacteur nucléaire n°4 de Tchernobyl, accidenté en 1986, s'est effondrée, ont rapporté les autorités ukrainiennes mercredi, précisant qu'il n'y avait aucun blessé et que le niveau des radiations n'avait pas augmenté. Environ 80 salariés d'un consortium formé par Vinci et Bouygues ont été évacués par précaution du site de Tchernobyl. /Photo prise le 13 février 2013/REUTERS