La sécurité routière recommande l'éthylotest

mercredi 13 février 2013 14h09
 

PARIS (Reuters) - Le Conseil national de la Sécurité routière (CNSR) a recommandé mercredi la détention par chaque automobiliste ou conducteur de deux-roues français d'un éthylotest à bord de son véhicule sans toutefois prévoir de sanction pour les contrevenants.

Le CNSR, qui réunit les représentants de l'ensemble des usagers de la route, a également conseillé au gouvernement de remettre en place les panneaux signalant la présence de radars automatiques "pour ne plus donner l'impression aux automobilistes de les piéger ou de faire de la répression pour de la répression", a déclaré son président Armand Jung.

Ces panneaux avaient été retirés et remplacés pour certains par des radars "pédagogiques" en 2011 sur décision de l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

"Le CNSR recommande la détention d'un éthylotest, y compris pour les conducteurs de cyclomoteurs, mais sans appliquer de sanction en cas de non présentation", a expliqué Armand Jung lors d'une conférence de presse à Paris.

Il a souligné un peu plus tard sur RTL que cette mesure ne saurait être obligatoire pour l'instant dans la mesure où la fiabilité de éthylotests était encore sujette à caution.

Un éthylotest devait être présent à bord de tous les véhicules depuis le 1er juillet 2012.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a reporté mi-janvier "sine die" l'obligation d'avoir un éthylotest dans les voitures dans l'attente des conclusions du CNSR sur ce dossier.

Le nombre des tués sur les routes françaises a baissé de 8% en 2012, un plus bas historique. Selon la sécurité routière, l'alcool, responsable d'un accident mortel sur trois, est la première cause de mortalité sur les routes.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

 
Le Conseil national de la Sécurité routière (CNSR) a recommandé mercredi la détention par chaque automobiliste ou conducteur de deux-roues français d'un éthylotest à bord de son véhicule sans toutefois prévoir de sanction pour les contrevenants. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler