Arnaud Montebourg menace Mittal et reparle nationalisation

mercredi 13 février 2013 13h48
 

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg brandit la menace de droits de douanes sur les importations d'acier d'ArcelorMittal pour l'empêcher de fermer des sites en Europe et lance une pique à Jean-Marc Ayrault pour son opposition à la nationalisation de Florange.

Le ministre du Redressement productif et le ministre de l'Economie de la Région wallonne, Jean-Claude Marcourt, ont réagi dans une interview publiée mercredi par Le Soir de Belgique et Le Monde au rejet par le géant de l'acier de la demande européenne de surseoir à la restructuration de ses aciéries.

Le commissaire européen à l'Industrie, Antonio Tajani, a demandé au PDG du groupe, Lakshmi Mittal, d'attendre la présentation en juin d'un plan destiné à relancer la sidérurgie avant d'aller de l'avant.

ArcelorMittal a répondu mardi qu'il lui était "impossible" de retarder le processus en raison de la baisse de la demande d'acier résultant de la faiblesse de l'économie.

Arnaud Montebourg s'est félicité de l'initiative européenne.

"Pour les soldats de l'emploi que nous sommes, Jean-Claude (Marcourt) et moi, recevoir un appui aérien de l'aviation européenne est appréciable", explique-t-il. "La 'politique industrielle' a toujours été un tabou dans l'Union européenne et voilà qu'elle est en train de naître."

"Mais, tous les jours, cette entreprise privée (ArcelorMittal-NDLR) cause du tort et du préjudice aux Etats et à leurs populations, utilise, quand elle sait le demander, l'argent public, et n'a aucune conscience de ses responsabilités", ajoute-t-il.

Il accuse le sidérurgiste d'investir massivement en Inde pour fabriquer de l'acier bon marché grâce aux coût du travail plus bas dans ce pays tout en fermant des usines en Europe.

"RIPOSTE STRATÉGIQUE"   Suite...

 
Site ArcelorMittal de Florange-Hayange. Arnaud Montebourg brandit la menace de droits de douanes sur les importations d'acier d'ArcelorMittal pour l'empêcher de fermer des sites en Europe. /Photo prise le 3 décembre 2012/REUTERS/Vincent Kessler