Peu de chances d'atteindre 3% de déficit en France fin 2013

mardi 12 février 2013 13h01
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - La France a peu de chances de parvenir à ramener son déficit public à 3% du PIB cette année en raison de la faiblesse de la croissance mais les objectifs structurels sont atteignables, estime la Cour des comptes, pour qui la "priorité absolue" est la maîtrise des dépenses.

Elle souligne dans son rapport annuel présenté mardi que l'effort structurel de redressement des comptes publics prévu cette année "représente 1,9 point de PIB, soit 38 milliards d'euros, ce qui est inédit en France", un pays dont le déficit public reste supérieur à la moyenne européenne.

"Cependant, l'objectif de déficit effectif de 3% n'a que peu de chances d'être atteint, en raison notamment d'un niveau de croissance vraisemblablement inférieur aux prévisions", a déclaré le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, devant des journalistes.

Le gouvernement doit réviser d'ici avril sa prévision de croissance pour 2013, sans aucun doute à la baisse, la prévision actuelle de 0,8% étant très supérieure à celles des économistes et des institutions internationales.

François Hollande a déclaré mardi que la France ferait un choix équilibré entre le sérieux budgétaire et la préservation de l'activité économique, après une réévaluation de sa prévision de croissance 2013 qui pourrait intervenir dans les prochains jours.

"Nous devons tout faire pour que dans l'année 2013 nous ayons le sérieux budgétaire sur lequel nous sommes engagés mais que nous ayons aussi une volonté de préserver l'activité. Et c'est en fonction de ces deux exigences (...) que nous aurons à faire les choix liés à cette perspective de croissance", a-t-il dit.

"PRIORITÉ ABSOLUE" AUX DÉPENSES

Si la croissance n'est que 0,3% cette année, l'impact sur les recettes publiques - et sur le déficit - sera de 0,25 point de PIB, estime la Cour des comptes. La Commission européenne et le Fonds monétaire international prévoient un déficit à 3,5% du PIB en France fin 2013.   Suite...

 
Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes, a estimé mardi que la France n'avait que peu de chance de réduire son déficit public à 3% du PIB fin 2013. Et ce, en raison d'une croissance économique probablement plus faible que prévu par le gouvernement. /Photo prise le 11 février 2013/REUTERS/Philippe Wojazer