Paris veut des sanctions dans le dossier de la viande de cheval

lundi 11 février 2013 19h12
 

PARIS (Reuters) - François Hollande a annoncé lundi "des sanctions" après la découverte de viande de cheval dans des préparations au boeuf distribuées dans plusieurs pays européens qui a conduit des enseignes à retirer des rayons les plats surgelés concernés.

Une réunion de crise a eu lieu lundi à Bercy en présence des ministres de l'Agriculture Stéphane Le Foll, de la Consommation Benoît Hamon et de l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, avec des représentants de la filière viande.

Benoît Hamon a indiqué à l'issue de cette réunion qu'il n'était pas possible de déterminer pour l'instant s'il s'agissait d'une "négligence" ou d'une "fraude délibérée", qui serait un délit, et qu'on en saurait plus dans les "48 heures".

"Nous n'avons pas encore tranché s'il s'agissait d'une négligence ou d'une fraude", a-t-il dit lors d'un point de presse, rappelant qu'il ne s'agissait pas d'une crise sanitaire mais d'une "fraude économique".

L'enquête menée en France par la Répression des fraudes (DGCCRF) a mis en lumière un circuit complexe de commercialisation de cette viande et ses agents ont effectué des inspections sur plusieurs sites en France.

Un inventaire complet des bons de livraison des sociétés françaises Comigel et Spanghero, qui fournissent la marque de produits de surgelés Findus, est en cours pour voir si d'autres clients ont reçu des produits qui n'ont pas été retirés des rayons, a dit Benoît Hamon.

Le ministre a également annoncé une extension des contrôles sur les autres produits pour toute l'année 2013.

LA ROUMANIE CLAME SON INNOCENCE

Une réunion devrait avoir lieu avant la fin de la semaine au niveau européen sur "cette question posée par la tromperie de cet étiquetage", a précisé pour sa part Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture.   Suite...

 
Les ministres de l'Agriculture Stéphane Le Foll (à gauche) et de la Consommation Benoît Hamon, après une réunion de crise lundi à Bercy à la suite de la découverte de la présence de viande de cheval dans des préparations au boeuf. S'il n'est pas possible de déterminer pour l'instant si cette affaire, qui a conduit des enseignes à retirer des rayons les plats surgelés concernés dans plusieurs pays européens, résulte d'une négligence ou d'une fraude délibérée, François Hollande a annoncé lundi que des sanctions devraient être prononcées. /Photo prise le 11 février 2013/REUTERS/Jacky Naegelen