La sécurisation du Mali se poursuit, selon François Hollande

lundi 11 février 2013 19h24
 

PARIS (Reuters) - Les objectifs de l'opération Serval sont "en voie d'être atteints" et "la sécurisation" du Mali se poursuit, a déclaré lundi le président François Hollande, un mois jour pour jour après le début de l'intervention française dans ce pays.

Le chef de l'Etat a reconnu la persistance de "poches terroristes" dans le nord du pays, tout en félicitant du déploiement rapide des soldats africains en soutien de leurs confrères maliens, désormais plus nombreux que les 4.000 militaires Français sur le terrain.

"L'essentiel du territoire malien est aujourd'hui libéré mais nous n'avons pas terminé notre tâche", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse aux côtés de son homologue nigérian, Goodluck Jonathan.

Le week-end a été marqué par une recrudescence des combats dans la ville de Gao, reprise aux islamistes il y a deux semaines, faisant craindre un "enlisement" du conflit sur le long terme.

"Il y a encore des poches terroristes notamment dans l'extrême nord du Mali et des opérations menées par un certain nombre de groupes", a reconnu François Hollande.

Ces groupes "peuvent se livrer soit à des attentats, soit à des opérations de guérilla donc nous devons poursuivre non plus libération du territoire, mais sa sécurisation", a-t-il ajouté.

En un mois, les objectifs d'une "libération totale" du territoire malien et d'une prise de relais par la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) "sont en voie d'être atteints", a dit le président.

"ALLER JUSQU'AU BOUT"

A ses yeux, le devoir de la France, seul pays occidental à avoir engagé des hommes, est "d'aller jusqu'au bout de son opération pour ne pas laisser un seul espace territorial du Mali sous le contrôle des terroristes".   Suite...

 
Militaires français lors de combats avec des islamistes à Gao, dans le nord du Mali, dimanche. Les objectifs de l'opération Serval sont en voie d'être atteints et la sécurisation du Mali se poursuit, a déclaré lundi le président François Hollande, un mois jour pour jour après le début de l'intervention française dans ce pays. /Photo prise le 10 février 2013/REUTERS/François Rihouay