Hollande prône la concertation avant la grève des enseignants

lundi 11 février 2013 15h48
 

PARIS (Reuters) - François Hollande a prôné mardi la "poursuite de la concertation" dans l'Education nationale à la veille d'une journée de grève des enseignants du primaire.

Près de six enseignants sur 10 (58%) seront en grève mardi pour protester contre cette réforme qui prévoit le passage à la semaine de quatre jours et demi, selon le principal syndicat du primaire, le SNUipp-FSU, qui réclame le report de la mesure à la rentrée 2014.

Les syndicats dénoncent notamment un nombre insuffisant d'animateurs formés avant septembre pour gérer les activités périscolaires et redoutent des inégalités croissantes entre les écoles concernant ces activités.

"Dans l'Education nationale, la concertation doit se poursuivre, le dialogue doit continuer de sorte que des réponses puissent être apportées", a déclaré François Hollande lors d'un déplacement aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

Invité sur France Info, Bertrand Delanoë, qui souhaite mettre en place la réforme contestée des rythmes scolaires dès la rentrée 2013 à Paris, a lui aussi lancé un appel au dialogue.

"Ce sur quoi je persiste c'est la concertation", a déclaré le maire de Paris. "J'ai écrit à tous les parents, à tous les enseignants. Je veux que nous allions au bout de ce débat et que nous voyions comment réussir une réforme dans l'intérêt de tous, à commencer par les enfants".

L'entrée en vigueur de la réforme au niveau national est officiellement fixée à la rentrée 2013. Les communes ont toutefois jusqu'à fin mars pour demander un report d'un an de la réforme, soit à la rentrée 2014.

"La décision sera prise fin mars et je souhaite que nous allions au bout de l'exploration des chemins pour que ce soit une réussite pour tout le monde", a dit Bertrand Delanoë.

"Si cette réforme est mauvaise, elle sera mauvaise en 2014 comme en 2013", a-t-il ajouté. "Nous y travaillons depuis de mois. En fait il y a consensus sur un point, les journées des enfants sont trop chargées et il faudrait étaler sur quatre jours et demi".

Face aux craintes portant selon lui sur le "comment on fait", le maire de Paris a assuré qu'il mettrait des moyens importants dans la mise en place de cette réforme, notamment en matière de recrutement et de formation.

Marine Pennetier, avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

 
Bertrand Delanoë, qui souhaite mettre en place la réforme contestée des rythmes scolaires dès la rentrée 2013 à Paris, a lancé lundi un nouvel appel à la concertation à la veille d'une journée de grève des enseignants du primaire. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau