Des jumeaux au même ADN écroués ensemble dans le doute

samedi 9 février 2013 12h25
 

MARSEILLE (Reuters) - Des frères jumeaux de 24 ans soupçonnés d'une série de viols qui auraient été commis par au moins l'un d'eux entre septembre et janvier à Marseille ont été écroués, a-t-on appris samedi de source proche de l'enquête.

Les enquêteurs font face à une difficulté de taille pour déterminer l'identité du violeur présumé, les jumeaux monozygotes partageant non seulement la même apparence physique mais aussi la même information génétique.

Six femmes, dont une septuagénaire, ont été agressées selon un mode opératoire identique en différents lieux de la ville où des traces ADN ont été retrouvées, a-t-on indiqué de source proche de l'enquête, confirmant une information du journal La Provence.

L'agresseur a été identifié grâce au système de vidéoprotection d'un bus et par des éléments matériels à charge, mais aucun des deux hommes n'a reconnu les faits durant la garde à vue, précise le journal.

Il est techniquement possible, mais très coûteux, de relever des différences minimes au niveau de l'ADN de jumeaux, explique dans La Provence un spécialiste de l'ADN sous le sceau de l'anonymat. Aucun laboratoire ne serait toutefois habilité à pratiquer ce type d'analyses en France.

Jean-François Rosnoblet, édité par Chine Labbé et Danielle Rouquié