Divisée sur son avenir, l'UE cherche un accord sur son budget

jeudi 7 février 2013 07h18
 

par Julien Ponthus et Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Trois mois après une première tentative avortée, les dirigeants de l'Union européenne tenteront de nouveau jeudi et vendredi à Bruxelles de s'entendre sur un budget pour les années 2014-2020, sur fond de divergences sur l'avenir de l'Europe.

Instances et capitales européennes veulent croire cette fois à la possibilité d'un compromis, même aux forceps, entre les Vingt-Sept, sous le regard de leur homologue croate dont le pays deviendra membre à part entière le 1er juillet.

Ce Conseil européen sera l'occasion pour François Hollande et David Cameron, qui ont des visions radicalement différentes de l'Union européenne, de croiser le fer et pour Angela Merkel de jouer les arbitres.

A la volonté du Premier ministre britannique de réduire l'Union à sa dimension de marché unique, le président français a répliqué mardi, devant le Parlement européen de Strasbourg, par un plaidoyer pour une intégration toujours plus poussée.

Le premier agite la perspective d'un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Le second peut se prévaloir du soutien des eurodéputés et arrive à Bruxelles auréolé du succès de l'opération militaire française au Mali.

La France est à la tête d'un groupe de pays comme la Pologne ou l'Italie, qui veulent préserver le budget de la politique agricole et les fonds de cohésion de l'UE, tout en la dotant d'instruments de soutien à la croissance et l'emploi.

Le Royaume-Uni, partisan de coupes budgétaires importantes, revendique le soutien de l'Allemagne, de la Suède, des Pays-Bas, de l'Autriche, de la Finlande et du Danemark, pour lesquels l'UE ne peut pas s'exonérer des efforts de rigueur auquel chaque Etat membre s'astreignent pour réduire leur endettement.

LA PRESSION MONTE   Suite...

 
Trois mois après une première tentative avortée, les dirigeants de l'Union européenne vont tenter de nouveau jeudi et vendredi à Bruxelles de s'entendre sur un budget pour les années 2014-2020, sur fond de divergences sur l'avenir de l'Europe. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman