EDF relaxée en appel pour espionnage de Greenpeace

mercredi 6 février 2013 16h13
 

par Chine Labbé

VERSAILLES, Yvelines (Reuters) - La Cour d'appel de Versailles a relaxé mercredi EDF, condamnée en première instance à 1,5 million d'euros d'amende pour complicité dans le piratage d'ordinateurs de Greenpeace en 2006, à la grande colère de l'organisation écologiste.

EDF avait été condamnée en novembre 2011 par le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour recel et complicité d'accès frauduleux à des données informatiques appartenant à l'ONG.

Des données confidentielles avaient été piratées sur l'ordinateur de l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, alors directeur des campagnes de Greenpeace.

"EDF est tout à fait satisfait de cette décision, qui vient reconnaître l'innocence totale du groupe dans cette affaire de piratage", a déclaré Me Alexis Gublin, avocat de l'électricien.

"EDF a toujours dit être victime dans cette affaire, et la Cour, dans son arrêt, le reconnaît", a-t-il ajouté.

Greenpeace a estimé que le verdict constituait un feu vert à l'espionnage industriel et demandé au procureur général de la Cour d'appel de Versailles de se pourvoir en cassation "afin que cette scandaleuse décision puisse être remise en cause".

"Cette décision peut avoir des conséquences très graves. Elle revient à autoriser l'industrie nucléaire à enfreindre la loi, la vie privée sur de simples suppositions", a dit dans un communiqué Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France. "En France, les industriels du nucléaire font ce qu'ils veulent, la loi ne s'applique pas pour eux."

L'enquête avait fait apparaître qu'EDF avait passé en 2004 un contrat de "veille stratégique" avec une officine de renseignements, Kargus consultants, ayant fait appel à un pirate informatique.   Suite...

 
La Cour d'appel de Versailles a relaxé mercredi EDF, condamnée en première instance à 1,5 million d'euros d'amende pour complicité dans le piratage d'ordinateurs de Greenpeace en 2006, à la grande colère de l'organisation écologiste. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler