Aucune offre de reprise ne serait retenue pour Petroplus

mercredi 6 février 2013 15h58
 

PARIS (Reuters) - Aucune des cinq offres de reprise soumises au tribunal de commerce de Rouen (Seine-Maritime) pour la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne n'a été retenue par les administrateurs judiciaires, ce qui ouvre la voie à un plan social, rapporte mercredi Le Monde.

"Aux yeux des administrateurs judiciaires, les dossiers reçus (...) ne constituent pas des offres en bonne et due forme, assorties des garanties financières suffisantes. La procédure de licenciement des quelque 470 salariés du site devrait être lancée sous peu", écrit le quotidien.

Les administrateurs judiciaires, qui devaient communiquer leur décision mercredi entre 16h30 et 17h00, n'ont pas confirmé l'information à Reuters.

Cinq offres de reprise, dont deux "sérieuses" aux dires du gouvernement français, ont été déposées mardi.

Les deux offres "sérieuses et financées" selon le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, émanent de l'investisseur suisse Terrae et de l'énergéticien égyptien Arabiyya Lel Istithmaraat. Un porte-parole de la compagnie égyptienne joint mardi au Caire a déclaré à Reuters ne pas avoir connaissance d'une telle initiative.

Le gouvernement français s'est engagé à prendre une participation minoritaire au capital du site, à l'arrêt depuis janvier 2012 après le dépôt de bilan de son propriétaire Petroplus, si une offre "crédible" est retenue.

Sophie Louet, édité par Gilles Trequesser

 
Selon Le Monde, aucune des cinq offres de reprise soumises au tribunal de commerce de Rouen pour la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne n'a été retenue par les administrateurs judiciaires. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen