Pas de temps à perdre pour les réformes, selon Laurence Parisot

mercredi 6 février 2013 12h20
 

PARIS (Reuters) - Le gouvernement et les partenaires sociaux doivent s'attaquer sans attendre à la réforme de l'assurance chômage et des retraites pour assurer la pérennité du système social français, a déclaré mercredi la présidente du Medef, Laurence Parisot.

Medef et CFDT sont d'ores et déjà d'accord pour mettre rapidement en place un groupe de travail sur l'assurance chômage, la convention établissant les règles d'indemnisation des demandeurs d'emploi prenant fin à la fin 2013, a précisé la dirigeante de la première organisation patronale française.

"La situation financière du pays reste vraiment très fragile", a-t-elle déclaré lors d'une rencontre organisée par le mensuel Enjeux-Les Echos. "Il nous faut des réformes structurelles, on ne peut pas se contenter de tourner les petits boutons qu'on manipule classiquement depuis des décennies."

"Sur l'assurance chômage, il nous faut une réforme profonde, vraiment une transformation du système", a-t-elle ajouté.

Creusé par une croissance économique atone et la dégradation continue de l'emploi, le déficit de l'assurance chômage devrait presque doubler cette année pour atteindre 5 milliards d'euros, ce qui portera sa dette à 18,6 milliards fin 2013, selon son gestionnaire, l'Unedic.

Face à cette dégradation, la Cour des comptes a estimé que le rétablissement financier devait passer par une révision de l'ensemble des paramètres : ouverture des droits, durées de cotisation, niveau de cotisation et d'indemnisation...

Elle a recommandé un taux de cotisation majoré pour les employeurs ayant le plus recours aux contrats à durée limitée (CDD et intérim), une mesure esquissée dans l'accord sur l'emploi conclu par les partenaires sociaux, et une baisse du taux de remplacement pour les indemnisations les plus élevées.

REPOUSSER L'ÂGE LÉGAL DE LA RETRAITE

Sur ce dernier point, Laurence Parisot a estimé qu'il ne fallait pas prendre le problème par "le petit bout de la lorgnette", en soulignant que les cadres étaient aussi ceux qui cotisaient le plus à l'assurance chômage, une prudence partagée par des économistes comme par exemple à l'OFCE.   Suite...

 
Laurence Parisot, la présidente du Medef, a déclaré mercredi que le gouvernement et les partenaires sociaux devaient s'attaquer sans attendre à la réforme de l'assurance chômage et des retraites pour assurer la pérennité du système social français. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau