Offensive des insurgés à Damas et attentat à Palmyre

mercredi 6 février 2013 18h22
 

par Khaled Yacoub Oweis et Mariam Karouny

AMMAN (Reuters) - Les insurgés syriens ont affronté mercredi les forces fidèles à Bachar al Assad en limite du centre de Damas, ont déclaré des responsables de l'opposition, et tentent de s'emparer de quartiers menant au coeur de la capitale.

Cette nouvelle offensive vise à débloquer la situation dans cette ville de deux millions d'habitants où l'artillerie et les raids aériens des forces du régime ont empêché jusque-là les insurgés, retranchés dans l'Est, de progresser vers le centre, malgré la chute de certaines positions militaires.

Au même moment, au Caire où elle est réunie en sommet, l'Organisation de la coopération islamique (OCI) a lancé un appel à une solution négociée en Syrie. Dans son discours inaugural, le président égyptien, Mohamed Morsi, a invité le "régime au pouvoir" à Damas à tirer les enseignements de l'histoire et à privilégier l'intérêt national.

"Nous avons déplacé la ligne de front jusqu'à Djobar", a dit à Damas un commandant des insurgés, Islam Allouche, à propos d'un quartier qui relie les bastions des rebelles, dans les faubourgs Est, à la grande place des Abbassides. "Les combats les plus violents se déroulent dans Djobar parce que c'est la clé de l'accès au coeur de Damas", a-t-il dit.

Le pouvoir syrien a bouclé les accès à la place des Abbassides ainsi que la grande artère Farès al Khoury, tandis que les insurgés tiraient au mortier et au lance-roquettes sur les positions gouvernementales.

Les médias officiels et les sites internet pro-Assad affirment que les insurgés ont été repoussés de Djobar ainsi que d'autres secteurs de la zone de Ghouta, dans l'est de la ville.

"Notre noble armée poursuit ses opérations contre les terroristes à Irbine, Zamalka, Harasta et Sbeineg, détruisant les repaires des criminels", a assuré la télévision nationale en énumérant des quartiers damascènes en proie aux combats.

Les insurgés affirment en revanche avoir considérablement progressé. "Certains tronçons du périphérique de Damas sont tombés entre nos mains aujourd'hui. Le périphérique était de fait le dernier obstacle entre Ghouta et la ville proprement dite", a expliqué un chef rebelle, Abou Ghazi, basé à Irbine.   Suite...

 
Immeuble touché par un tir de mortier dans le quartier de Zamalka à Damas. De violents combats ont éclaté mercredi dans plusieurs quartiers de la capitale syrienne, où les insurgés ont lancé une offensive contre les forces du président Bachar al Assad. /Photo prise le 6 février 2013/REUTERS/Goran Tomasevic