Cinq offres de reprise pour Petroplus

mardi 5 février 2013 19h25
 

ROUEN/PARIS (Reuters) - Cinq offres de reprise, dont deux "sérieuses" aux dires du gouvernement français, ont été déposées mardi devant le tribunal de commerce de Rouen (Seine-Maritime) pour la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, où les 470 salariés espèrent encore une alternative au plan social.

L'heure limite de dépôt avait été fixée à 18h00 mardi.

A l'issue de ce délai, "cinq offres de reprise ont été formellement déposées auprès de l'administrateur judiciaire", a annoncé le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, dans un communiqué.

Le ministre considère que deux d'entre elles paraissent "sérieuses et financées". Il s'agit de l'investisseur suisse Terrae et de l'énergéticien égyptien Arabiyya Lel Istithmaraat.

L'intersyndicale avait auparavant fait part de trois offres "solides" - ce candidat égyptien, un groupe libyen et la société NetOil, basée à Dubaï - et d'"offres additionnelles".

Un porte-parole de la compagnie Arabiyya Lel Istithmaraat contacté au Caire a déclaré à Reuters ne pas avoir connaissance d'une telle initiative.

Le gouvernement français s'est engagé à prendre "une participation minoritaire" au capital du site, à l'arrêt depuis janvier 2012 après le dépôt de bilan de son propriétaire Petroplus, si une offre "crédible" est retenue.

Arnaud Montebourg a assuré mardi matin que l'Etat était disposé à mettre de l'argent dans la raffinerie devenu symbolique des difficultés de l'industrie française.

La proposition a été confirmée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, en déplacement à Bangkok, qui a toutefois insisté sur la nécessité d'une "offre crédible".   Suite...

 
Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a annoncé que cinq offres de reprise, dont deux "sérieuses", avaient été déposées mardi devant le tribunal de commerce de Rouen (Seine-Maritime), pour la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne. La raffinerie compte 470 salariés. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen