Une "salle de shoot" va être expérimentée à Paris

mardi 5 février 2013 18h06
 

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a donné son feu vert à l'expérimentation à Paris d'une salle de consommation de drogue, dite "salle de shoot", un concept jusqu'à présent illégal en France mais existant dans plusieurs pays européens, dont la Suisse et l'Allemagne.

C'est la Mildt (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et toxicomanies) qui est chargée de mettre en place cette expérimentation, sous la houlette du ministère de la Santé, ont fait savoir mardi les services du Premier ministre, confirmant une information de France Culture.

"C'est un travail préparatoire qui va permettre de confirmer la faisabilité du projet dans ses dimensions sanitaire, scientifique, sociale, économique et en terme de sécurité publique", dit-on dans l'entourage de Jean-Marc Ayrault.

Aucun détail n'a toutefois été donné sur le calendrier de la mise en place de cette expérimentation.

La mairie de Paris avait bâti un "pré-projet" mais l'autorisation du gouvernement était nécessaire.

Selon l'association de prévention et de soin en toxicomanie Gaïa-Paris à l'origine avec Médecins du Monde du pré-projet, la salle serait ouverte dans le nord-est de Paris au printemps.

"On est prêt", a dit à Reuters le président de Gaïa-Paris, Jean-Pierre L'Homme. "A partir du moment où le feu vert est donné, il faut compter trois mois environ pour la mise en place de cette salle, en prenant en compte la formation des équipes et le travail de pédagogie auprès des riverains."

"LE MAL PAR LE MAL"

Le dispositif doit permettre de réduire la mortalité, les infections et le risque "d'injections sauvages" dans les rues en permettant aux toxicomanes de consommer leurs produits dans de meilleures conditions d'hygiène et sous la supervision de médecins, d'éducateurs et d'infirmières.   Suite...

 
Dans une "salle de shoot" à Genève, en Suisse. Le gouvernement a donné son feu vert à l'expérimentation à Paris d'une salle de consommation de drogue, dite "salle de shoot", un concept jusqu'à présent illégal en France mais existant dans plusieurs pays européens, dont la Suisse et l'Allemagne. Selon l'association de prévention et de soin en toxicomanie Gaïa-Paris à l'origine avec Médecins du Monde du pré-projet, la salle serait ouverte dans le nord-est de Paris au printemps. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse