Arnaud Montebourg défend le gaz de houille, "made in France"

lundi 4 février 2013 17h43
 

LYON (Reuters) - Arnaud Montebourg a annoncé lundi la préparation d'un contrat de filière pour la chimie française destiné à défendre ses intérêts et ses emplois via notamment un approvisionnement énergétique sécurisé et compétitif, dont potentiellement le gaz de houille.

Le recours au gaz de schiste étant exclu en France tant que les techniques d'extraction n'auront pas évolué, le ministre du Redressement productif a évoqué une nouvelle fois la possibilité d'utiliser ce gaz emprisonné dans le charbon.

"Il s'agit de voir comment on peut lutter contre le risque de délocalisation des entreprises vers des pays où le gaz est moins cher", a-t-il dit en lançant les travaux de préparation de ce contrat de filière associant grands groupes et PME de la chimie ainsi que les pouvoirs publics.

"C'est le gaz 'Made en France', le gaz en marinière en quelque sorte", a encore dit Arnaud Montebourg de ce gaz plus connu sous le nom de "grisou".

Pour le ministre, son utilisation "permettrait d'assurer entre cinq et dix ans de consommation à la filière chimie".

Il a également encouragé la recherche sur d'autres modes d'extraction du gaz de schiste, un sujet qui divise les socialistes et leurs alliés écologistes.

Le contrat de filière, dont la signature est programmée pour juin, intègrera également un volet innovation pour le recyclage des plastiques.

"Quatre-vingt dix pour cent des sacs plastique sont actuellement fabriqués à partir d'hydrocarbures, il faudrait arriver à 100% de sacs recyclables réalisés à partir de la chimie végétale", a souhaité le ministre.

"Les dix actions du contrat de la filière chimie visent à sécuriser l'industrie de la chimie française qui représente 400.000 emplois", a conclu Arnaud Montebourg, "il s'agit de pérenniser ces emplois mais aussi d'en créer de nouveaux".

Catherine Lagrange, édité par Yann le Guernigou

 
Arnaud Montebourg lors d'une visite de la plateforme chimique de Roussillon, dans le Vaucluse. Le ministre du Redressement productif a annoncé lundi la préparation d'un contrat de filière pour la chimie française destiné à défendre ses intérêts et ses emplois via notamment un approvisionnement énergétique sécurisé et compétitif, dont potentiellement le gaz de houille. /Photo prise le 4 février 2013/REUTERS/Robert Pratta