Vers une revalorisation des salaires des enseignants du primaire

lundi 4 février 2013 12h28
 

PARIS (Reuters) - Les enseignants du primaire et les fonctionnaires de l'Education nationale de catégorie C doivent bénéficier de l'essentiel des moyens disponibles pour revaloriser les salaires, a déclaré lundi le ministre de l'Education, Vincent Peillon.

Le gouvernement veut rétablir la semaine de quatre jours et demi à l'école - contre quatre actuellement - mais affronte la grogne d'une partie des enseignants qui demandent des moyens supplémentaires. Après une grève le 22 janvier à Paris, le principal syndicat du primaire a appelé à une grève nationale le 12 février.

"Il y a plusieurs mois que j'ai dit, et je recevrai les syndicats cet après-midi, que la situation des professeurs des écoles ne me semble pas juste, et tous les rapports internationaux le montrent", a dit Vincent Peillon sur I>Télé.

"Le ministère de l'Education nationale, sans demander d'argent à personne, a des mesures catégorielles", a-t-il poursuivi, en réponse à une question sur d'éventuelles mesures salariales.

Selon Le Monde, daté de mardi, Vincent Peillon va en fait proposer aux professeurs des écoles, dans les semaines à venir, une prime annuelle de 400 euros.

Le ministre attendrait quelques jours pour que cette prime, qu'il a de toute façon l'intention de donner, ne soit pas perçue comme une réponse à la manifestation du 12 février, souligne le quotidien.

"J'ai indiqué aux syndicats, et je le redirai cet après-midi, que je souhaite que pour les années qui viennent la priorité aille vers les catégories C, qui sont en très grande difficulté dans notre pays, et vers les professeurs des écoles, et que l'essentiel de nos moyens disponibles aillent à cette revalorisation", a dit simplement le ministre lundi.

Les fonctionnaires en catégorie C sont les moins bien payés.

Jean-Baptiste Vey, avec Gérard Bon édité par Yves Clarisse

 
Les enseignants du primaire et les fonctionnaires de l'Education nationale de catégorie C doivent bénéficier de l'essentiel des moyens disponibles pour revaloriser les salaires, a déclaré lundi le ministre de l'Education, Vincent Peillon. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier