Tensions syndicales sur PSA Aulnay

vendredi 1 février 2013 15h29
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a réuni vendredi un comité central d'entreprise marqué par des dissensions entre les syndicats sur la stratégie à suivre à Aulnay, sur fond de nouvelle chute du marché automobile en France en janvier.

Le site de Seine-Saint-Denis, voué à la fermeture en 2014, est le théâtre depuis le début de la semaine de heurts entre certains grévistes et les non-grévistes. Selon la direction du site, environ 200 personnes avaient cessé le travail vendredi, sur un effectif de 3.000 et la production se poursuivait au compte-gouttes.

"Pour tenter d'apaiser la situation sur place, on a demandé pour les salariés d'Aulnay qui le souhaitent le déblocage anticipé de mobilités temporaires sur Poissy", a expliqué au téléphone Franck Don, représentant CFTC chez PSA à l'issue du CCE. "Au début nous n'y étions pas favorables, mais la situation à Aulnay est trop explosive."

Cette demande, émanant également de la CFE-CGC et de Force Ouvrière, sera abordée lors d'un autre CCE qui devrait être convoqué rapidement, a ajouté Franck Don.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès des autres organisations syndicales, CGT, CFDT et SIA.

Dans le cadre de son plan social, PSA compte reclasser 1.500 salariés d'Aulnay sur le site voisin de Poissy (Yvelines), et proposer aux autres un emploi dans d'autres entreprises de la localité. Le plan doit théoriquement entrer en vigueur après négociations avec les syndicats et consultation des salariés de deux sites de la filiale Faurecia.

"On a toujours la difficulté de gérer deux droits qui sont fondamentaux et qui sont indissociables, le droit de grève et le droit à la liberté du travail", a déclaré Frédéric Saint-Geours, directeur des Marques, vendredi matin sur France Inter.

"Vouloir gérer ces deux droits par la violence, ce n'est pas tolérable, or ce qui se passe à Aulnay, c'est ça. Il y a un certain nombre de gens très minoritaires (...) qui empêchent l'usine de tourner normalement."   Suite...

 
LES IMMATRICULATIONS EN FRANCE