L'Assemblée entre dans le vif du sujet sur le mariage pour tous

vendredi 1 février 2013 20h40
 

PARIS (Reuters) - Les députés français ont entamé vendredi l'examen de l'article premier du projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels, qui supprime l'exigence de la différence des sexes comme condition du droit au mariage.

Un soixantaine de députés, pour la plupart UMP, ont décidé d'intervenir sur cet article avant de défendre un à un les centaines d'amendements déposés sur cette partie du texte.

L'Assemblée a rejeté par 183 voix contre 85 la série d'amendements visant à supprimer l'article premier. Les députés ont ensuite repoussé par 171 voix contre 77 une autre rafale d'amendements UMP visant à mettre en place une "alliance civile" comme alternative au mariage pour les couples homosexuels.

Le groupe UMP multiplie à la fois les prises de parole, les rappels au règlement mais également les demandes de suspension de séance, qui freinent le déroulement du débat.

Plus de 5.000 amendements en tout ont été déposés sur un projet de loi qui suscite une telle passion que le président de l'Assemblée, Claude Bartolone, a décidé de présider la quasi-totalité des séances pour calmer les esprits.

Il a ainsi dû intervenir vendredi matin pour apaiser les esprits après que l'UMP Hervé Mariton eut accusé trois ministres d'être favorables à la gestation pour autrui (GPA), alors que le gouvernement a dit à plusieurs reprises qu'il y était opposé.

Ce débat est nourri par une circulaire du ministère de la Justice qui demande aux juridictions de "faire droit" aux demandes de certificats de nationalité pour les enfants nés de pères français et de mères porteuses à l'étranger.

Malgré les dénégations du gouvernement, l'opposition y voit une brèche ouverte pour l'autorisation de la GPA et de la procréation médicalement assistée pour les couples de lesbiennes, qui devrait être débattue au printemps au Parlement.

François Hollande lui-même est intervenu dans le débat.   Suite...

 
Les députés français ont entamé vendredi l'examen de l'article premier du projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels, qui supprime l'exigence de la différence des sexes comme condition du droit au mariage. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau