Les "ténors" de l'UMP dénoncent le mariage gay

mercredi 30 janvier 2013 20h47
 

PARIS (Reuters) - Les deux "patrons" rivaux de l'UMP, Jean-François Copé et François Fillon, ont dénoncé mercredi à l'Assemblée nationale le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels.

"Il ne suffit pas que deux personnes s'aiment pour que le mariage soit un droit. Car le mariage n'est pas seulement la 'sanctification' juridique d'une union privée. C'est une institution de la société", a lancé le président de l'UMP.

"Nous devons permettre à nos compatriotes homosexuels de vivre librement à égalité de droits avec les autres citoyens", a-t-il dit. "En même temps, nous devons protéger une institution essentielle à la société et à l'avenir de ses enfants qui est de fonder en droit la différence des générations sur la différence des sexes."

Pour le président de l'UMP "la voie radicale proposée par le gouvernement aujourd'hui ne permet pas de rendre compatible ces deux impératifs".

"Voilà pourquoi elle divise le pays, jetant l'une contre l'autre deux France également éprises de liberté et d'égalité. Voilà pourquoi je la récuse", a conclu Jean-François Copé.

Son rival à la présidence de l'UMP, François Fillon, a lui aussi dénoncé la réforme en des termes aussi fermes.

"Au nom de l'égalité, le gouvernement ouvre une boîte de Pandore et il sera difficile de la refermer", a lancé l'ancien Premier ministre.

"Derrière le mariage pour tous il y a le droit à l'enfant pour tous et par tous les moyens. Aujourd'hui la majorité nous dit qu'il n'en est rien mais très bientôt je ne doute pas que pour légitimer ce nouveau droit les motifs les plus généreux et les plus sincères seront alors employés", a-t-il poursuivi en faisant référence à la procréation médicalement assistée (PMA) et à la gestation pour autrui (GPA).

"La PMA et la GPA sont les horizons naturels de ce projet de loi", a affirmé François Fillon. "C'est la conséquence logique d'une quête effrénée de l'égalité absolue".   Suite...

 
Jean-François Copé (à gauche) lors de la manifestation contre le mariage gay, à Paris le 13 janvier 2013. Les deux "patrons" rivaux de l'UMP, Jean-François Copé et François Fillon, ont dénoncé mercredi à l'Assemblée nationale le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels. /Photo prise le 13 janvier 2013/REUTERS/Philippe Wojazer