Les lumières de la ville éteintes la nuit dès juillet

mercredi 30 janvier 2013 12h13
 

PARIS (Reuters) - L'éclairage nocturne des bâtiments non résidentiels sera interdit en France à partir du 1er juillet afin de réduire la consommation d'énergie et les nuisances pour l'environnement, a fait savoir mercredi la ministre de l'Energie, Delphine Batho.

Annoncée fin novembre, cette mesure devrait permettre d'économiser l'équivalent de la consommation électrique annuelle de 750.000 ménages, dit un communiqué de son ministère.

"Ce texte fait ainsi de la France l'un des pionniers en Europe dans ce domaine", souligne Delphine Batho, précisant que le rejet annuel de 250.000 tonnes de CO2 sera également évité.

Le gouvernement socialiste s'est engagé à bouleverser la politique énergétique de la France, via une réduction de la consommation, un développement massif des énergies renouvelables et la réduction de 75 à 50% du nucléaire dans la production d'électricité.

Une loi de programmation définissant comment la France va remplir ces promesses de François Hollande est attendue à l'automne, au terme du débat sur la transition énergétique.

L'éclairage des façades et des vitrines pourra faire l'objet de dérogations du préfet, notamment pour les illuminations de Noël ou dans les lieux touristiques, précise le communiqué.

L'éclairage public n'est pas concerné par ce texte mais plusieurs villes françaises comme Préfailles (Loire-Atlantique) testent déjà des systèmes de déclenchement "à la carte" pour des raisons économiques et écologiques.

Marion Douet, édité par Gilles Trequesser

 
L'éclairage nocturne des bâtiments non résidentiels sera interdit en France à partir du 1er juillet afin de réduire la consommation d'énergie et les nuisances pour l'environnement. /Photo prise le 19 décembre 2012/REUTERS/Régis Duvignau