Le secteur avicole français craint des faillites en chaîne

mardi 29 janvier 2013 23h40
 

par Pierre-Henri Allain

RENNES (Reuters) - Les acteurs de la filière avicole française craignent des faillites en chaîne dans leur secteur après la baisse de moitié des subventions européennes à l'exportation de volailles.

Les sociétés bretonnes Tilly-Sabco et Doux, principales entreprises concernées par cette baisse arrêtée à la mi-janvier par la Commission européenne, ont décidé la semaine dernière de la répercuter sur les contrats des éleveurs qui fournissent leurs abattoirs en poulets destinés à l'export.

"Cela signifie la fin du poulet export car beaucoup d'éleveurs ne peuvent absorber une telle mesure et vont être tentés de laisser leurs bâtiments vides", dit Didier Goubil, du pôle aviculture à la chambre régionale d'agriculture.

A compter du 4 février, un avenant sera proposé aux éleveurs prévoyant une réduction de l'ordre de 40 euros sur le prix payé par tonne de volaille produite dans les élevages, ce qui représente une baisse de revenus pour un élevage moyen d'environ 28.000 euros sur une année selon la chambre.

La FRSEA, le syndicat agricole majoritaire a appelé lundi les éleveurs à ne pas signer ces avenants aux contrats.

"On savait que les restitutions étaient appelées à disparaître mais pas aussi brusquement. Si on voulait saborder l'aviculture française, on ne pouvait pas mieux faire", estime Christine Ganat, présidente de l'association des éleveurs fournisseurs du groupe Doux, qui regroupe 170 producteurs.

"La baisse des contrats va inciter des éleveurs à ne plus produire de poulets export et à se tourner vers la production de poulets frais, mais comme ce marché ne se porte déjà pas très bien, il va être à son tour déstabilisé", ajoute-t-elle.

Selon les professionnels du secteur, la baisse des restitutions, qui sont passées de 217 euros à 108 euros la tonne, après une réduction déjà intervenue en octobre, pourrait entraîner la suppression de 5.000 emplois en Bretagne.   Suite...

 
Les acteurs de la filière avicole française craignent des faillites en chaîne dans leur secteur après la baisse de moitié des subventions européennes à l'exportation de volailles. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen