La France favorable à des observateurs internationaux au Mali

mardi 29 janvier 2013 21h17
 

PARIS (Reuters) - La France est favorable au "déploiement rapide" d'observateurs internationaux au Mali où ses forces armées sont engagées dans un conflit contre les rebelles islamistes, a déclaré mardi soir Jean-Marc Ayrault.

Des organisations non gouvernementales ont fait état de possibles exécutions sommaires par l'armée malienne en marge de l'opération Serval lancée par l'armée française le 11 janvier.

Human Rights Watch a rapporté le 19 janvier des informations concernant de graves exactions, dont des meurtres, commises par les forces de sécurité maliennes à l'encontre de civils dans la localité de Niono, dans le centre du pays.

D'après HRW, les Touaregs et les Arabes, deux communautés assimilées aux insurgés qui contrôlent le nord du Mali, sont tout particulièrement visés.

L'organisation a demandé lundi aux autorités maliennes de prendre "des mesures immédiates" pour "protéger tous les Maliens de représailles", évoquant "des risques élevés de tensions interethniques" dans le Nord.

"Pour répondre aux risques d'exactions, nos forces ont reçu pour consigne de se montrer d'une extrême vigilance. Je précise toutefois que le Comité international de la Croix-Rouge n'a confirmé à ce jour aucun des faits qui ont été rapportés sur ce sujet par certaines organisations non gouvernementales", a dit Jean-Marc Ayrault à l'issue d'une réunion sur le Mali avec les parlementaires français.

"Le gouvernement français est néanmoins favorable au déploiement rapide d'observateurs internationaux qui veilleront au respect des droits de l'Homme conformément à la lettre et à l'esprit de la résolution 2085 du Conseil de sécurité", a-t-il poursuivi.

"Nous avons également rappelé aux autorités maliennes leurs propres responsabilités", a-t-il souligné.

Le chef du gouvernement a mis en garde contre "tout triomphalisme" malgré l'avancée rapide des forces françaises et maliennes.

"Il faut se garder de tout triomphalisme, car la menace n'a pas encore été totalement réduite. Des actions de harcèlement sont toujours possibles", a-t-il dit.

Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet

 
Militaires français accueillis par des habitants de Tombouctou à leur arrivée dans la ville, lundi. La France est favorable au "déploiement rapide" d'observateurs internationaux au Mali où ses forces armées sont engagées dans un conflit contre les rebelles islamistes, a déclaré mardi soir Jean-Marc Ayrault, à l'issue d'une réunion sur le Mali avec les parlementaires français. /Photo prise le 28 janvier 2013/REUTERS/Arnaud Roine/ECPAD