Jean-Marc Ayrault va consulter sur le droit de vote des étrangers

mardi 29 janvier 2013 17h43
 

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi qu'il consulterait les groupes politiques de la majorité et de l'opposition pour vérifier s'il est possible de réunir la majorité nécessaire en vue d'accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales.

Les services du Premier ministre ont assuré mardi que cette promesse de campagne de François Hollande n'était pas enterrée, même si le président français a expliqué en novembre qu'il n'engagerait cette réforme qu'une fois assuré d'obtenir la majorité requise des trois cinquièmes des parlementaires.

"C'est un Premier ministre à l'offensive. (...) On va aller chercher les voix une par une", a déclaré la secrétaire nationale du Parti socialiste Laurence Rossignol, avant une réunion du bureau national du PS.

La sénatrice de l'Oise a souligné qu'il fallait sortir de "la petite musique" selon laquelle l'exécutif chercherait à abandonner le projet. "Il n'y a pas de bataille perdue", a-t-elle dit.

En se rendant mardi matin à la réunion du groupe écologiste de l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault avait fait part de son intention de rencontrer "les groupes parlementaires de la majorité et de l'opposition sur tous les sujets constitutionnels qui peuvent faire l'objet d'une réforme constitutionnelle".

Il a fait référence au droit de vote des étrangers mais aussi à la réforme du statut du chef de l'Etat.

François Hollande a déjà indiqué qu'il ne souhaitait pas passer par un référendum pour trancher une question qui divise une opinion publique déjà déchirée par la loi sur le mariage homosexuel ou la possible extension de la procréation médicalement assistée aux couples de lesbiennes.

"J'accorderai le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans", avait promis le candidat socialiste dans son engagement de campagne numéro 50.

Julien Ponthus, Emile Picy et Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

 
Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi qu'il consulterait les groupes politiques de la majorité et de l'opposition pour vérifier s'il est possible de réunir la majorité nécessaire en vue d'accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier