Les forces franco-maliennes reprennent Tombouctou sans combattre

lundi 28 janvier 2013 16h05
 

par Adama Diarra

GAO, Mali (Reuters) - Les forces franco-maliennes ont repris sans combattre, dans la nuit de dimanche à lundi, la grande ville de Tombouctou dans le Nord-Mali, mais n'ont pu empêcher l'incendie d'une bibliothèque abritant de précieux manuscrits par les islamistes en fuite.

Tombouctou, située dans la boucle du fleuve Niger, était tombée l'an dernier aux mains de rebelles islamistes qui y ont détruit des mausolées soufis. Les forces franco-maliennes ont reconquis la cité, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, en 48 heures sans rencontrer de résistance.

"Il y a eu cette nuit sur Tombouctou une action combinée avec appui aérien et moyens de renseignement - un Atlantique II et un drone", a expliqué à Paris le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées françaises. "Un bataillon renforcé arrivant de Diabali et Léré s'est emparé de l'aéroport en coordination avec les forces maliennes."

Simultanément, des militaires français ont été parachutés sur les arrières des forces djihadistes pour, avec l'appui d'hélicoptères, les empêcher de fuir vers le nord.

"Cela nous permet ce matin de contrôler les accès de Tombouctou, à charge maintenant pour les unités maliennes, de reprendre le contrôle administratif et sécuritaire de la ville", a ajouté le porte-parole. "On les appuiera si nécessaire."

Un millier de militaires français ont participé à l'opération, ainsi que 200 Maliens, dont une cinquantaine de policiers et gendarmes, a-t-il précisé.

Le mode opératoire choisi - contrôler les accès de la ville sans engager de combat à l'intérieur - visait notamment à en préserver le patrimoine historique et religieux, a fait valoir le colonel Burkhard, qui n'a pas exclu qu'il y ait encore des djihadistes retranchés dans Tombouctou.

BIBLIOTHÈQUE INCENDIÉE   Suite...

 
Les forces franco-maliennes ont repris le contrôle de la ville de Tombouctou, dans le Nord du Mali, dans la nuit de dimanche à lundi. /Photo prise le 27 janvier 2013/REUTERS/Eric Gaillard